› Eco et Business

Douanes: Les droits désormais payés auprès des banques

Le ministère des Finances a signé une convention le 2 avril 2012, avec les banques installées au Cameroun pour la sécurisation des recettes douanières

20% des recettes douanières concernées
Au total, treize banques, soit toutes celles qui exercent sur le sol camerounais, ont signĂ© cette convention avec le ministre des Finances manquant ainsi leur adhĂ©sion complète Ă  ce programme qui va faire transiter 20% des recettes douanières par les guichets de banques ouverts au Guichet unique des opĂ©rations du commerce extĂ©rieur (Guce) Ă  Douala. Selon les responsables du ministère des finances, ce protocole d’accord s’inscrit dans la politique gouvernementale de simplification de la chaĂ®ne de dĂ©douanement et de dĂ©matĂ©rialisation des opĂ©rations du commerce extĂ©rieur afin de rendre compĂ©titive la place portuaire de douala. Pascal Rebillard, Dg de la Banque internationale du Cameroun pour l’Ă©pargne et le crĂ©dit (Bicec) et prĂ©sident de l’Association professionnelle des Ă©tablissements de crĂ©dit (Apeccam) a saluĂ© cette avancĂ©e qui, d’après lui, « va rendre les opĂ©rations de dĂ©douanement plus rapides, fiables, sĂ©curisĂ©s et traçables ».

D’après Alamine Ousmane Mey, cette convention va faciliter un meilleur suivi des contribuables, et amĂ©liorer le climat des affaires, renforcer la bancarisation du pays, sĂ©curiser les recettes douanières, et surtout rĂ©duire les dĂ©lais de passage des marchandises au port. « DĂ©sormais, avec ce système, un usager lambda pourra, Ă  partir de son terminal informatique effectuer tous les enregistrements nĂ©cessaires avant de se prĂ©senter au port pour retirer son colis, quel que soit sa nature et son volume », expliquait en mars 2012, lors de la visite du Premier ministre au Guichet unique, Minette Libom Li Likeng, directrice gĂ©nĂ©rale des douanes (DGD) et prĂ©sidente du conseil d’administration du Guichet unique (Guce).

RĂ©duction des lenteurs
La dĂ©matĂ©rialisation, disait-elle: a Ă©tĂ© conçue pour rĂ©duire les lenteurs observĂ©es Ă  la douane, et amĂ©liorer ainsi l’environnement du commerce extĂ©rieur tout en optimisant les niveaux de contrĂ´le du gouvernement, grâce notamment au fait que toutes les transactions sont sĂ©curisĂ©es dans une salle des serveurs. Ainsi, les banques qui doivent systĂ©matiquement reverser dès le lendemain les sommes recouvrĂ©es dans le compte unique du trĂ©sor, s’engagent Ă  mettre Ă  la disposition du ministère des finances, immĂ©diatement après encaissement, « toutes les informations sur la nature et le montant des encaissements effectuĂ©s, afin de permettre la dĂ©livrance des quittances de paiement aux contribuables ». Bien entendu, le gouvernement a convenu de verser une rĂ©munĂ©ration aux Ă©tablissements bancaires, pour leur rĂ´le dans cette avancĂ©e. Selon le ministre des finances, le succès de cette première opĂ©ration qui ne concerne encore que 20% des recettes douanières, devrait permettre la maturation de la rĂ©flexion en vue de la montĂ©e en puissance de ce dĂ©ploiement technologique, pour atteindre 100%.


Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances

JDC)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut