› International

Elections prĂ©sidentielles au Mali: L’heure est aux derniers rĂ©glages

Prévues pour le dimanche 28 juillet prochain, ces élections sont un grand défi pour toute la communauté internationale

Les Ă©lecteurs maliens doivent se rendre aux urnes le dimanche 28 juillet pour le premier tour de l’Ă©lection prĂ©sidentielle. Ce scrutin, qui n’a pu avoir lieu comme prĂ©vu en 2012 en raison du coup d’État qui a renversĂ© le prĂ©sident Amadou Toumani TourĂ©, devrait permettre de rĂ©tablir l’ordre constitutionnel et d’entamer un processus de rĂ©conciliation dans le pays. Vingt-sept candidats briguent la magistrature suprĂŞme. D’une part, il s’agira de redonner une lĂ©gitimitĂ© Ă  l’Etat malien, dirigĂ© par des autoritĂ©s de transition après un putsch militaire en mars 2012. Et d’autre part, seul un gouvernement lĂ©gitime peut lancer un processus de dialogue et de rĂ©conciliation entre les communautĂ©s maliennes du sud et du nord.

PressĂ©e de se dĂ©sengager et de passer le flambeau Ă  l’ONU, la France a poussĂ© jusqu’au bout pour une Ă©lection au Mali en ce mois de juillet malgrĂ© les difficultĂ©s pour organiser un scrutin aux normes dĂ©mocratiques dans un pays dĂ©stabilisĂ© par la guerre. Nous serons intraitables, en des termes assez peu diplomatiques, le prĂ©sident français François Hollande avait signifiĂ© dès avril au Mali que Paris voulait des Ă©lections en juillet. Et le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, qui avait accompagnĂ© M.Hollande lors de son voyage au Mali dĂ©but fĂ©vrier, trois semaines après le dĂ©but de l’intervention militaire française, n’a pas mĂ©nagĂ© sa peine: il est retournĂ© en avril et en mai Ă  Bamako pour s’assurer de la volontĂ© des autoritĂ©s maliennes d’organiser le scrutin Ă  la date fixĂ©e. Pour Paris, et dans une moindre mesure la communautĂ© internationale (ONU, Afrique de l’Ouest, Union africaine), les Ă©lections au Mali Ă©taient une question prioritaire, une fois chassĂ©s les groupes islamistes armĂ©s qui occupaient le nord du territoire. Paris, qui a engagĂ© plus de 4.000 militaires au Mali en janvier et permis la reconquĂŞte du nord, estime sa mission accomplie. «Plus on sort tĂ´t de cette affaire, et mieux ce sera», souligne une source diplomatique française.


Les candidats Ă  la magistrature suprĂŞme

journaldumali.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut