Politique › Institutionnel

En Centrafrique, le départ des casques bleus camerounais inquiète

Le retrait, constatĂ© le 14 janvier Ă  Bozoum, intervient alors que la prĂ©fecture de l’Ouham PendĂ© fait face aux violences perpĂ©trĂ©es par des groupes armĂ©s

Le dĂ©part surpris des Ă©lĂ©ments camerounais de la Minusca de Bozoum, ce 14 janvier inquiète la population. Elle appelle Ă  une relève urgente afin d’Ă©viter un vide qui profiterais aux groupes armĂ©s.

Ce retrait intervient alors que la prĂ©fecture de l’Ouham PendĂ© dont Bozoum est le chef-lieu fait face aux violences perpĂ©trĂ©es par des groupes armĂ©s, notamment des miliciens Anti-Balaka, la RĂ©volution Justice (RJ) et le groupe 3R.

C’est le samedi 14 janvier que la population Ă©tait surprise de rendre compte que le contingent camerounais de la Minusca Ă©tait absent de leur base, mĂŞme rĂ©action de la part des autoritĂ©s, «lorsque nous Ă©tions dans la base, nous nous sommes rendus compte que les installations, les portes et autres ont Ă©tĂ© enlevĂ©es», a tĂ©moignĂ© une autoritĂ© locale de la ville

Selon les informations du RKJDH, pour Ă©viter que la base ne soit vandalisĂ©e, la municipalitĂ© de la ville et l’organisation de la jeunesse ont mis en place un système de sĂ©curitĂ© de la base avant l’arrivĂ©e d’un autre contingent.

Ce dĂ©part «inattendu, brusque et sans relève inquiète la population et nous demandons un envoie rapide d’autre contingent. Car, ici, il n’y a pas des forces conventionnelles», a regrettĂ© une source humanitaire dans la ville.

Selon le porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro, ce retrait avait eu lieu depuis longtemps, «il ne restait surplace que quelques Ă©lĂ©ments qui gardaient l’endroit oĂą se trouvaient quelques Ă©quipements liĂ©s aux Ă©lections. Ces Ă©lĂ©ments sont partis, c’est la fin de cette base opĂ©rationnelle temporaire. Ni Bozoum, ni les autres bases de l’Ouham PendĂ© ou d’ailleurs oĂą les bases temporaires sont supprimĂ©es, ne sont Ă  abandonner», a-t-il dit.


Pour lui, la Minusca maintient sa prĂ©sence par des patrouilles, «le nouveau concept de la force, c’est une meilleure capacitĂ© d’anticipation et une meilleure rĂ©activité».

En décembre 2016, ce contingent a été accusé de se verser dans le commerce des bières dans la région.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut