Société › Société

Environnement: Le Cameroun peu Ă©colo!

4e en Afrique centrale et 112ème au classement Ă©cologique publiĂ© par l’UniversitĂ© amĂ©ricaine de Yale, le pays a encore beaucoup d’efforts Ă  fournir

CalculĂ© Ă  partir de 22 indicateurs, qui prennent en compte la durabilitĂ© environnementale, les dotations en ressources naturelles, les niveaux de pollutions passĂ©s et prĂ©sents, les efforts de gestion de l’environnement Ă  la protection du patrimoine mondial, l’indice environnemental en cette mi-2012 vient de livrer son classement. Sur le continent africain, c’est le Gabon qui occupe la tĂŞte de liste. L’Afrique en miniature qu’est le Cameroun, se trouve au bas de la liste au 112ème rang mondial. Le pays ne fait pas mieux dans la rĂ©gion Afrique centrale oĂą, il est devancĂ© par le Gabon, la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo et le Congo Brazzaville. Cette nouvelle publication indique que les organismes de protection de l’environnement voient d’un bon il les mesures prises par le gouvernement gabonais en matière d’environnement, comme l’interdiction d’exporter le bois en grumes, et les efforts entrepris par le Gabon depuis la crĂ©ation du rĂ©seau des 13 parcs nationaux.

Le Cameroun qui en Octobre 2011, tenait les premiers Ă©tats-gĂ©nĂ©raux de sa politique environnementale, semble ne pas Ă©voluer positivement. La volontĂ© d’une gestion durable, de la promotion d’une Ă©conomie verte, le transfert rĂ©el des technologies et une coopĂ©ration internationale, dans le but de contrecarrer les effets nĂ©fastes la forte diminution des ressources naturelles du Cameroun et l’Ă©mission toujours plus importante des gaz Ă  effet de serre, ne semble pas avoir donnĂ© suite Ă  des actions notables en bon points pour le pays.

Au demeurant, la politique forestière du Cameroun a fait l’objet de profondes rĂ©formes au cours des dernières annĂ©es, en cohĂ©rence avec les orientations internationales en matière de conservation de la biodiversitĂ© et de gestion durable des ressources naturelles. Le pays dispose de plusieurs aires protĂ©gĂ©es Ă  l’instar du parc trinational de la Sangha. Une zone qui aspire Ă  ĂŞtre reconnue comme patrimoine de l’UNESCO. En effet, d’une superficie d’environ 44 000 kilomètres carrĂ©, le parc reprĂ©sente une des plus importantes aires de conservation de la biodiversitĂ© en Afrique centrale. MĂŞlant des habitats fluviaux, forestiers ainsi que des Ă©tendues de plaines rĂ©gulièrement inondĂ©es, il abrite un nombre important de bongos, de gorilles ou encore d’Ă©lĂ©phants de forĂŞt. Ces derniers sont cependant menacĂ©s d’extinction et le bilan de la chasse illĂ©gale est devenu alarmant. Ă€ tel point que l’armĂ©e camerounaise a Ă©tĂ© mobilisĂ©e pour lutter contre ce flĂ©au. Des actions positives similaires posĂ©es aux niveaux d’indices comme, l’accès Ă  l’eau potable, la mortalitĂ© infantile ou encore la santĂ© environnementale ; devraient permettre au Cameroun de grappiller des places au prochain classement environnemental.


Le Cameroun est 112e au classement Ă©cologique des pays

www.ecoden.fr)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut