Opinions › Tribune

FĂŞte du travail 2016: message du MRC aux travailleurs camerounais

Par Maurice Kamto, président National du MRC.

Chers travailleuses et travailleurs du Cameroun, mes chers Compatriotes,

Vous allez cĂ©lĂ©brer, dans quelques heures, la 130ème Ă©dition de la journĂ©e internationale du Travail. Elle est placĂ©e cette annĂ©e sous le thème «ResponsabilitĂ© Sociale des entreprises et des syndicats pour le travail dĂ©cent». Le terme «travail dĂ©cent» Ă©tait dĂ©jĂ  prĂ©sent dans le thème de l’annĂ©e dernière. Mais au cours de l’annĂ©e Ă©coulĂ©e aucun signal positif n’a Ă©tĂ© donnĂ© pour l’amĂ©lioration des politiques du travail dĂ©cent.

Le Cameroun Ă©tant signataire de la convention internationale pour la protection des droits de l’homme, le droit de travailler pour tout camerounais fait partie des droits de l’homme. Malheureusement, trouver et garder un emploi aujourd’hui au Cameroun, relève pour certains, de l’extraordinaire, pour d’autres de la chance, et pour bien d’autres encore, d’un coup de pouce donnĂ© par une connaissance, la corruption ayant gangrĂ©nĂ© les diffĂ©rents processus de recrutements.

Il est de la responsabilitĂ© première du gouvernement de notre pays de mener des politiques imaginatives, cohĂ©rentes et engagĂ©es pour lutter contre le chĂ´mage chronique des forces vives de la nation, en particulier celui des jeunes, mais aussi d’amener les entreprises et toutes les parties prenantes, dont les syndicats, Ă  prendre conscience de leur propre responsabilitĂ© en matière d’offres d’emplois durables et de dĂ©fense des intĂ©rĂŞts des travailleurs.

Le dĂ©veloppement durable et la responsabilitĂ© sociĂ©tale des entreprises sont aujourd’hui au c ur des prĂ©occupations Ă  l’Ă©chelle mondiale. Le dĂ©veloppement durable est un dĂ©veloppement qui permet aux entreprises de satisfaire leurs besoins prĂ©sents, sans toutefois compromettre la satisfaction des besoins des gĂ©nĂ©rations futures, car nous sommes responsables aujourd’hui de ce qu’il leur arrivera demain. La responsabilitĂ© sociĂ©tale des entreprises est quant Ă  elle, la prise en compte par chaque entreprise de l’impact de ses activitĂ©s sur son environnement interne et externe.

Le Cameroun ne peut rester en marge de ces prĂ©occupations. Concrètement, le dĂ©veloppement durable exige, dans le domaine des forĂŞts par exemple, que pour chaque arbre coupĂ© par une entreprise, nationale ou Ă©trangère, celle-ci ou l’organisme public en charge de la gestion du secteur forestier replante au moins un autre arbre. Sur le plan social, les entreprises doivent garantir Ă  leurs employĂ©s des meilleures conditions de travail, impliquant des salaires acceptables et l’Ă©quitĂ© salariale, le respect de la dignitĂ© des travailleurs, le dĂ©veloppement d’un climat de travail propice Ă  la crĂ©ativitĂ©, la promotion de l’Ă©galitĂ© hommes-femmes dans l’emploi, la santĂ© et la sĂ©curitĂ© au travail.

Le MRC est conscient que dans le contexte d’une Ă©conomie globalisĂ©e, oĂą les entreprises camerounaises, jeunes et de petites tailles, doivent faire face Ă  une rude concurrence avec de faibles ressources, leurs marges de man uvre sont limitĂ©es. Mais tous les efforts doivent ĂŞtre faits afin que les employĂ©s, se sentant Ă  l’aise dans leur entreprise, contribuent de façon optimale au dĂ©veloppement de celle-ci. Faut-il rappeler que sans les travailleurs, il n’y a pas d’entreprise viable. C’est pourquoi une attention particulière Ă  leurs prĂ©occupations est nĂ©cessaire.

Par ailleurs, toute entreprise citoyenne doit, de nos jours, ĂŞtre prĂ©occupĂ©e par le souci de respecter et de protĂ©ger l’environnement, en particulier contre diffĂ©rentes formes de pollution. La bonne gouvernance exige, entre autres, l’implication des membres des conseils d’administration et des reprĂ©sentants des employĂ©s dans la marche de l’entreprise. Sur ces deux sujets, nos emprises ont certainement des efforts Ă  faire. Mais il y a va de leurs intĂ©rĂŞts, car si la pollution dĂ©coulant par exemple du non traitement des dĂ©chets industriels peuvent rapporter quelque profit aux entreprises polluantes Ă  court terme, Ă  moyen et Ă  long terme elle constitue un fardeau pour lesdites entreprises autant que pour la collectivitĂ© nationale, notamment pour les problèmes de santĂ© publique qu’elle gĂ©nère. Pareillement, une mal gouvernance de l’entreprise caractĂ©risĂ©e par l’opacitĂ© et une gestion familiale ne permet pas Ă  toutes les parties prenantes d’apprĂ©cier et d’accepter les justes efforts qu’elles doivent fournir pour le progrès de l’entreprise, ou pour la sauver en cas de difficultĂ©.

L’intĂ©gration de la responsabilitĂ© sociĂ©tale et sociale au sein de nos entreprises permettra Ă  celles-ci de prendre en compte leurs diffĂ©rentes parties prenantes (dirigeants, employĂ©s, syndicats, fournisseurs, clients, administration, communautĂ©s culturelles, concurrents..etc.), et de mieux cerner les intĂ©rĂŞts de chacune d’elles, afin de rechercher un Ă©quilibre entre ces diffĂ©rents intĂ©rĂŞts, mais aussi de faire des entreprises des acteurs importants d’un dĂ©veloppement durable. Il ne s’agit pas d’une affaire des entreprises des pays dĂ©veloppĂ©s. C’est l’affaire de toute entreprise qui est non seulement un lieu de production de richesse, mais aussi un lieu de vie.

Les syndicats doivent jouer Ă  cet Ă©gard leur rĂ´le de vigile des valeurs d’entreprise et des valeurs sociales et collectives dans l’intĂ©rĂŞt primordial des travailleurs qu’ils reprĂ©sentent. Ils ne sont pas des partis politiques. Ils ne sont pas au service du parti au pouvoir. Rien ne peut justifier qu’un syndicat adresse une motion de soutien Ă  un chef de parti politique, fĂ»t-t-il PrĂ©sident de la RĂ©publique.

Au moment oĂą nos entreprises font face Ă  de nombreux dĂ©fis, et que les travailleurs camerounais ont de multiples problèmes non rĂ©glĂ©s, tels que le renouvellement des conventions collectives, la caisse de retraite, les avancements, la sĂ©curitĂ© d’emploi, et j’en passe, il est mal venu de voir les syndicats se disperser sur des questions qui ne concernent pas la dĂ©fense des intĂ©rĂŞts de leurs adhĂ©rents. Un syndicat qui se respecte constitue un bouclier pour les travailleurs de son secteur professionnel.


Chers travailleurs, mes chers compatriotes,

Depuis son lancement en 2012 dans la douleur, le MRC a Ă  c ur l’intĂ©rĂŞt des travailleurs, et n’a cessĂ© de se faire l’avocat de la crĂ©ation et de la sauvegarde des emplois durables. La politique Ă©conomique prĂ´nĂ©e par le MRC favorise l’innovation et la crĂ©ativitĂ©, la formation sur mesure en fonction du marchĂ© du travail, des perspectives de l’Ă©conomie nationale et internationale et des aptitudes des apprenants. Pour prĂ©senter cet ambitieux programme Ă©conomique aux populations camerounaises, le MRC a lancĂ© la «Caravane de la Renaissance» qui a dĂ©marrĂ© en novembre 2015 Ă  Bafoussam, malgrĂ© les intimidations du rĂ©gime en place, et qui se poursuivra inexorablement dans toutes les rĂ©gions du pays en dĂ©pit de l’acharnement visant Ă  nous empĂŞcher d’aller au contact de nos compatriotes et de nous adresser Ă  eux.

Les comportements irresponsables de certaines autoritĂ©s de l’Etat mettent le Cameroun sur une mauvaise pente qui fait peser une menace sĂ©rieuse sur la paix et la stabilitĂ© de notre cher pays.

En dĂ©pit du harcèlement, des brimades, des tracasseries et des actes de violences inacceptables contre nos militants, nous ne donneront pas Ă  ceux qui, tapis dans l’ombre conduisent ces actes honteux qui ruinent l’image de notre pays, l’occasion d’atteindre leurs objectifs que nous connaissons fort bien. Le MRC continue de plaider pour une rĂ©vision consensuelle de notre code Ă©lectoral, qui seule peut garantir une pĂ©riode postĂ©lectorale sans contestations. Il continuera d’ uvrer pour une alternance pacifique, par les urnes dans notre pays.

Nous n’avons jamais eu le moindre doute qu’avec l’engagement du peuple camerounais, nous y parviendrons. C’est pourquoi, comme Ă  chaque occasion, je vous exhorte Ă  aller massivement vous inscrire sur les listes Ă©lectorales. Les travailleurs soucieux d’avoir des emplois stables et dĂ©cents, un avenir pour leurs enfants et un pays prospère oĂą règne une concorde bâtie sur la confiance, doivent le faire savoir le moment venu dans les urnes.

Bonne fĂŞte du travail!
Vive les Travailleurs camerounais!
Vive le Cameroun!


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut