Personnalités › Jeunes talents

Football: le Franco-camerounais Oumar Gonzalez prêté à Epinal

Le défenseur franco-camerounais Oumar Gonzalez © Journalducameroun.com

Sous contrat avec le FC Metz, le défenseur a débuté vendredi, 09 septembre en National. Une première rampe de lancement en France pour le footballeur

Si la prĂ©sence au coup d’envoi de Mike Cestor au sein de la charnière centrale du Stade athlĂ©tique Spinalien semblait ĂŞtre dans l’ordre des choses, en raison de la blessure de Meyer, en revanche, celle d’Oumar Gonzalez pouvait Ă©tonner. Jusque-lĂ , le jeune (dix-huit ans depuis le 25 fĂ©vrier) dĂ©fenseur avait Ă©tĂ© cantonnĂ© aux seules sĂ©ances d’entraĂ®nement du groupe fanion et aux rencontres de Division d’honneur. «J’attendais ce premier match, on va dire en pro, avec impatience», lâchait, tout sourire le grand Ă©chalas de 186 centimètres.

Un statut nouveau auquel le Franco-camerounais n’Ă©tait pas prĂ©parĂ©. Au dĂ©but aoĂ»t – il est arrivĂ© Ă  Epinal le 4 -, il comptait repartir pour une saison avec le groupe de CFA2 du FC Metz avec lequel il est liĂ© pour encore quatre ans. Mais tout s’est accĂ©lĂ©rĂ© quand Epinal a sollicitĂ© son illustre voisin. Et voilĂ  comment Gonzalez a emboĂ®tĂ© le pas d’Hamza Sakhi, le meneur de jeu dont avait grand besoin l’ensemble vosgien. «Je suis très content d’ĂŞtre Ă  Epinal», avance le natif de Douala, qui avait quittĂ© son Ă©quipe du Sporting Club d’Air Bel, club du quartier de la Pomme Ă  Marseille, Ă  quatorze ans pour rejoindre la Moselle. «Cela me donne la possibilitĂ© de progresser, de jouer Ă  un niveau que je ne connaissais pas», prolonge-t-il.

«En National, c’est une autre pression, mais c’est la meilleure»


Ce match face au CA Bastia, Oumar Gonzalez le soulignera Ă  l’encre rouge. Du sceau d’un baptĂŞme du feu rĂ©ussi pour le dĂ©fenseur qui a Ă©tĂ© louĂ© par son entraĂ®neur Ă  l’issue des dĂ©bats. «Je pense que cela s’est bien passĂ©, mais je sais que j’ai encore beaucoup de choses Ă  travailler», souligne l’intĂ©ressĂ©, positionnĂ© devant la dĂ©fense. «Ce n’est pas mon poste au dĂ©part mais j’avais dĂ©jĂ  jouĂ© milieu dĂ©fensif plus jeune. Si je peux aider, peu m’importe la place que je dois tenir sur le terrain», observe avec malice le gaillard, dĂ©barrassĂ© du stress inhĂ©rent Ă  tout dĂ©but.

«Je ne me suis pas posĂ© de question , justifie-t-il. Je suis rentrĂ© sur le terrain et j’ai Ă©coutĂ© les consignes du coach. Je devais donner 100 %. Le National, ce n’est pas pareil que le CFA2 ou le CFA, le niveau est d’une autre intensitĂ© physique. Et les duels font plus mal. Mais je sens dĂ©jĂ  un autre souffle qui vient. Tout cela est diffĂ©rent de ce que j’avais vĂ©cu jusqu’Ă  prĂ©sent. Avec Metz, avec le centre (de formation), il n’y avait pas trop de pression. Il fallait juste maintenir l’Ă©quipe. En National, c’est une autre pression, mais c’est la meilleure.» De quoi donner des ailes au tout juste majeur qui a ressenti «des frissons devant ce public qui nous a soutenus.» Sorte de vent des cimes. Sommet que le Franco-camerounais espère toucher un jour ou l’autre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut