Personnalités › Diaspora

France: remise en libertĂ© provisoire d’un Camerounais suspectĂ© de meurtre

Son arrestation remonte Ă  un an, lorsqu’après une bagarre survenue Ă  la sortie d’une boĂ®te de nuit, un Ă©tudiant succombe Ă  une lĂ©sion temporale

C’Ă©tait le 6 septembre 2015. Après avoir passĂ© la soirĂ©e dans une discothèque lonsoise, une demi-douzaine d’Ă©tudiants bordelais regagnent leurs vĂ©hicules. Ils sont alors pris Ă  partie par un groupe d’individus. Parmi eux, un Ă©ducateur âgĂ© de 26 ans, reproche Ă  l’un des Ă©tudiants, Franck Mateus-Bichiga, d’avoir draguĂ© sa nièce. La situation dĂ©gĂ©nère rapidement, des armes sont sorties, et s’en suit une rixe d’une rare violence.

En rentrant chez l’amie qui la loge Ă  Lecar, le jeune Franck se plaint de maux de tĂŞte et est victime de nausĂ©es avant de perdre conscience. Son dĂ©cès sera constatĂ© Ă  7h15. Il prĂ©sente une lĂ©sion temporale importante ayant pu ĂŞtre commise par un objet contondant.

L’enquĂŞte menĂ©e par le groupe criminel de la sĂ»retĂ© dĂ©partementale en lien avec le parquet, mène Ă  l’arrestation de trois personnes, deux Palois de 20 et 26 ans et un BillĂ©rois de 26 ans qui sont placĂ©s en dĂ©tention provisoire.

Depuis, l’instruction se poursuit pour «violences en rĂ©union ayant entraĂ®nĂ© la mort sans intention de la donner». Parmi les trois suspects incarcĂ©rĂ©s, C. 26 ans, un grand gaillard d’origine camerounaise, Ă©tait prĂ©sentĂ© comme le meneur Ă  l’origine du coup mortel. C’est lui qui serait allĂ© rĂ©cupĂ©rer une barre de fer et une bombe lacrymogène dans son vĂ©hicule, « avec l’envie furieuse d’en dĂ©coudre ». Vendredi, 9 septembre 2016, la justice a dĂ©cidĂ© de le remettre en libertĂ©.

«Mon client reconnaĂ®t des coups mais pas le coup mortel» dĂ©taille son avocat, Me Thierry Sagardoytho. «Il y a dĂ©jĂ  eu quatre expertises mĂ©dico-lĂ©gales pour savoir si c’est un coup qui a causĂ© l’hĂ©matome dont est mort le jeune homme ou s’il y a une autre cause mĂ©dicale sans rapport avec le coup donnĂ©. La discussion est toujours en cours et mon client bĂ©nĂ©ficie du doute» dĂ©veloppe-t-il.


L’homme devrait ĂŞtre remis en libertĂ© ce vendredi, un an après son incarcĂ©ration. Il sera placĂ© sous contrĂ´le judiciaire avec interdiction de rencontrer les autres protagonistes du drame.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut