Personnalités › Diaspora

France: un prêtre renvoyé au Cameroun après avoir commis la fornication

L’abbĂ© Alexis Marie Onomo avait fait l’unanimitĂ© dans la communautĂ© d’Hermiès et la population avait lancĂ© une pĂ©tition pour le maintenir en place. Ce geste n’a rien changĂ© Ă  son sort

L’ambiance conviviale, dans la salle des aĂ®nĂ©s, a vite laissĂ© place Ă  un silence pesant. Des jeunes, des aĂ®nĂ©s, des familles Ă©taient rĂ©unis vendredi pour tĂ©moigner leur sympathie Ă  l’abbĂ© Alexis, qui rentre au Cameroun.

L’abbĂ© Alexis Marie Onomo Ă©tait en France pour un contrat de trois ans, unissant son diocèse camerounais Ă  celui d’Arras. ArrivĂ© Ă  terme, il ne sera pas renouvelĂ© Ă  cause de l’incident survenu cet Ă©tĂ©. Il a avouĂ© avoir couchĂ© avec une paroissienne.

L’abbĂ©, la voix tremblante d’Ă©motion, avait hĂ©sitĂ© Ă  s’exprimer devant la population, mais il a dĂ©cidĂ© de le faire, Ă©voquant l’acte de «personnes aux intentions malsaines». Une querelle entre deux habitantes d’un village voisin, actives dans la vie de la paroisse, et une relation qui a mis le prĂŞtre en fâcheuse posture.

L’abbĂ© Alexis a tenu, avant de partir, Ă  exprimer sa «profonde gratitude» envers ceux qui lui ont apportĂ© du « rĂ©confort dans cette Ă©preuve » et dont il a saluĂ© « l’ouverture d’esprit » : «Vous avez pardonnĂ© ma chute et relativisĂ© parce que, pour vous, l’essentiel Ă©tait ailleurs».

Dans l’assistance, quelques larmes versĂ©es, et beaucoup d’indignation. Un paroissien dĂ©plore : «Ce sont des personnes extĂ©rieures qui sont responsables de cette situation, et c’est l’image du village d’Hermies qui est salie !» Plusieurs dames, parmi les aĂ®nĂ©es de la paroisse, expriment leur tristesse : «Je ne tolère pas ce qui se passe, surtout dans l’Ă©poque oĂą l’on vit !» ; «Regardez ce qu’il a fait pour les jeunes, il Ă©tait apprĂ©ciĂ© de tous». «Il est courageux de prendre la parole. Tout ça Ă  cause de personnes qui, en plus, se disent d’Ă©glise ! C’est affreux ce qui s’est passĂ©. Et en plus, on n’aura plus de curĂ© !»

PĂ©tition
Les jeunes, Ă  l’origine d’une pĂ©tition pour dĂ©fendre le prĂŞtre, Ă©taient déçus de ne pas voir leur mobilisation aboutir. Ils ont Ă©tĂ© encouragĂ©s par l’abbĂ© Alexis Ă  mener Ă  terme le projet de crĂ©ation d’une association «Jeunes responsables», bâti ensemble. Ils resteront en contact, malgrĂ© la distance, grâce Ă  Internet. «Les jeunes se sont pas mal calmĂ©s depuis que l’abbĂ© discutait avec eux», constate un père de famille. «Quand on voit ce que d’autres prĂŞtres ont fait ailleurs, de beaucoup plus grave.», lâche dĂ©pitĂ©e une habitante.


Aucun d’entre eux n’est paroissien. Ils ne mettent jamais les pieds Ă  la messe. Mais en Ă  peine un an dans la commune, l’abbĂ© Alexis Marie Onomo est devenu pour chacun «un ami». «Il est venu vers nous, nous a invitĂ©s chez lui. Il est très avenant, jovial. Il nous raconte des anecdotes sur le Cameroun, on va au presbytère jouer du tam-tam», avait affirmĂ© Dylan, l’un des jeunes mobilisĂ©s en faveur du curĂ©.

Des habitants se sont mobilisĂ©s pour fournir Ă  l’abbĂ© quelques effets personnels et un vĂ©hicule. Une urne recueillait des dons, en tĂ©moignage de solidaritĂ©.

CĂ©rĂ©monie d’au revoir organisĂ©e le 02 septembre 2016 en faveur d’Alexis Marie Onomo

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut