Santé › Actualité

Gabon: frayeur à l’aéroport de Libreville suite à un cas suspect de virus Ebola

Les autorités gabonaises ont inspecté un avion à provenance de Yaoundé, le 19 mai, à l'aéroport de Libreville ©Journalducameroun.com

Vendredi, un passager congolais, en provenance du Cameroun, pris soudain de fièvre et de vomissements, a amenĂ© les autoritĂ©s gabonaises Ă  maintenir tous les passagers Ă  l’intĂ©rieur d’un avion pendant près de quatre heures

Un avion de la compagnie aérienne Asky Airlines, de modèle « De Havilland DHC-8 400 Series », a été immobilisé ce vendredi, 19 mai 2017, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville pendant près d’une demi-dizaine d’heures, pour un cas de maladie suspect pressenti comme une infection au Virus Ebola, a constaté Journalducameroun.com sur place.

Au bord de l’avion, en transit, qui Ă©tait parti de l’aĂ©roport international de YaoundĂ© – Nsimalen Ă  08h15min, se trouvait un passager de nationalitĂ© congolaise, pris d’un malaise soudain Ă  une vingtaine de minutes de l’atterrissage Ă  Libreville. Le passager transpirait Ă  grosses gouttes et vomissait dans l’avion. Il a Ă©tĂ© aussi notĂ© qu’il faisait de la « diarrhĂ©e ». 

Arrivé sur le tarmac de l’aéroport de Libreville, l’équipage du vol KP 043 de Asky a immédiatement appelé les services de santé de l’aéroport pour prendre en charge le patient. Il devait faire escale à Lomé avant de rejoindre Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo.

Prévenues, les autorités sanitaires du Gabon ont jugé bon de maintenir tous les passagers à bord, pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un cas de virus Ebola, dont une dizaine de cas avaient été déjà confirmés en RDC, pays voisin au Gabon, au 12 mai 2017 par l’OMS.

Le dispositif a pris près de quatre heures pour se mettre en place : tous les passagers ont été priés ensuite de descendre de l’avion. Il leur a été pris des paramètres dont la température corporelle; l’avion a été aussi « désinfecté ».


Des responsables du ministère de la SantĂ© publique gabonais, prĂ©sents sur les lieux, ont indiquĂ© qu’ils n’avaient dĂ©celĂ© aucune fièvre et aucun symptĂ´me de cas d’infection au virus Ebola. Le passager, Ă  l’origine de la situation, lui non plus n’a Ă©tĂ© diagnostiquĂ© d’aucun mal sĂ©rieux, juste une « intoxication alimentaire ». Il a nĂ©anmoins poursuivi son voyage Ă  bord d’un autre avion.

Les autorités gabonaises (ministère de la Santé publique et Armée) se sont réjouies d’avoir éprouvé la réponse à la gestion de la fièvre à virus Ebola. Journalducameroun.com a appris qu’une organisation dédiée, après cette première frayeur, va être mise en place, et devenir régulière et systématique à l’aéroport international Léon Mba de Libreville.

Le vol de la compagnie panafricaine, qui avait prévu de faire une halte de moins de 30 min, devait y déposer des passagers qui se rendaient au Gabon ; prendre d’autres passagers et poursuivre son vol aussitôt jusqu’à Lomé, au Togo où des correspondances devaient conduire l’essentiel des passagers dans d’autres villes d’Afrique de l’Ouest (Abidjan, Bamako, Accra, Niamey, Abuja, Lagos) et d’Afrique centrale (N’Djamena, Yaoundé), entre autres.

L’avion, qui devait arriver à Lomé à 11h20min, a finalement atterri aux environs de 16h30. La quasi-totalité des correspondances prévues ce jour étaient déjà parties. Elles ont été reprogrammées le lendemain. La compagnie aérienne a toutefois pris en charge la nuitée des passagers à Lomé.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut