Politique › Institutionnel

Gouvernance: le Minmidt veut se reformer pour mieux avancer

Ernest Gbwaboubou, ministre des Mines

DĂ©buter l’annĂ©e avec une dĂ©termination, celle du changement. Tel est l’un des dĂ©fis relevĂ©s du 25 au 27 janvier 2017 Ă  YaoundĂ© lors de la confĂ©rence annuelle de ce dĂ©partement ministĂ©riel

Trois jours pour retracer le parcours, l’Ă©valuer afin de se projeter vers l’avenir. VoilĂ  ce qui a constituĂ© l’essentiel de la confĂ©rence annuelle des services centraux et dĂ©concentrĂ©s Ă©largie aux structures sous tutelle du ministère des Mines, de l’Industrie et du DĂ©veloppement technologique (Minmidt). Un point important Ă©galement Ă©voquĂ© du 25 au 27 janvier dernier, celui des rĂ©formes. D’oĂą le thème gĂ©nĂ©ral: «les rĂ©formes dans les secteurs minier et industriel comme moyens de relance de l’Ă©conomie camerounaise pour l’atteinte de l’Ă©mergence Ă  l’horizon 2035».

Interpellation
«La rĂ©forme que nous dĂ©vons promouvoir doit ĂŞtre une rĂ©forme d’ensemble c’est-Ă -dire que nous devons reformer l’appareil et reformer nos mentalitĂ©s», a rappelĂ© Ernest Gbwaboubou, ministre en charge de ce dĂ©partement. Plus que par le passĂ©, il a indiquĂ© qu’il n’aura aucun mĂ©nagement Ă  l’endroit de ceux qui pensent encore que le Minmidt est un eldorado de rechange ou un paradis de compensation. A tous il a demandĂ© de croire et de promouvoir Ă  travers les gestes quotidiens les valeurs de gouvernance et de garder Ă  tout point de vue ce qu’il est convenu d’appeler l’esprit de rĂ©forme.

Pour lui, seule cette mutation sera le gage de rĂ©ussite. A cet effet il a tirĂ© la sonnette d’alarme  en rappelant Ă  ses collaborateurs que «pour atteindre les objectifs allant en droite ligne avec la vision du chef de l’Etat traduite dans le document de stratĂ©gie pour la croissance et l’emploi (Dsce), pour lequel le Minmidt a un rĂ´le majeur Ă  jouer afin de booster la croissance du Cameroun dans un contexte difficile marquĂ© par la conjoncture internationale et les menaces sĂ©curitaires, des rĂ©formes profondes s’avèrent nĂ©cessaires». D’ailleurs celles-ci ont dĂ©jĂ  dĂ©butĂ© Ă  travers la promulgation de la loi N°2016/017 du 14 dĂ©cembre 2016 portant code minier, de la validation des Ă©tudes sur le plan directeur d’industrialisation et de la refondation de la sociĂ©tĂ© nationale d’investissement. Ledit code vise la refonte du secteur minier pour favoriser, encourager et promouvoir les investissements susceptibles de contribuer au dĂ©veloppement Ă©conomique et social du pays.


Exit la corruption
Éloigner ce flĂ©au du ministère des mines, de l’industrie et du dĂ©veloppement technologique reprĂ©sente Ă©galement un dĂ©fi majeur pour Ernest Gbwaboubou. Dans son discours de clĂ´ture, il l’a rappelĂ© et a mis en garde tous ceux qui ne rĂ©sistent pas Ă  la tentation de se servir dans les caisses de l’Etat. «Je tiens Ă  vous rĂ©itĂ©rer mes appels incessants pour le respect des valeurs morales et Ă©thiques qui doivent fonder la conviction de chacun et guider l’action de tous. La tolĂ©rance zĂ©ro que j’ai dĂ©cidĂ©e dès le dĂ©but d’infliger Ă  la corruption devrait continuer Ă  revĂŞtir tout son sens. Je sais que le combat n’est pas gagnĂ© d’avance mais nous veillerons».

Le choix des sous thèmes en dit aussi long sur la dĂ©termination de ce ministère Ă  se dĂ©marquer Ă  travers le travail. Les discussions Ă©taient axĂ©es sur «les innovations dans le secteur minier et leurs impacts socio-Ă©conomiques dans le nouveau code minier ; le plan directeur d’industrialisation comme boussole de la croissance Ă©conomique ; l’initiative dans la transparence des industries extractives, les acquis et les perspectives de l’artisanat minier au Cameroun ; la refondation de la SNI en tant que bras sĂ©culier de l’Etat pour les investissements».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut