SantĂ© â€ș Conseils pratiques

HĂ©mophilie: un traitement en vue

De concert avec la communautĂ© internationale, le Cameroun a cĂ©lĂ©brĂ© dimanche, 17 avril 2016, la journĂ©e mondiale de l’hĂ©mophilie sous le signe du changement

« Ensemble on peut changer cette situation », c’est le thĂšme retenu cette annĂ©e pour la journĂ©e mondiale de l’hĂ©mophilie cĂ©lĂ©brĂ©e au Cameroun dimanche, 17 avril 2016, avec la communautĂ© internationale.

Maladie hĂ©rĂ©ditaire, l’hĂ©mophilie touche essentiellement les garçons et provoque des saignements qui ne s’arrĂȘtent pas pendant longtemps. « Il y’a un Ă©lĂ©ment qui manque au patient hĂ©mophile qu’on appelle le facteur de coagulation et qui permet d’arrĂȘter les saignements. Le garçon est le seul Ă  contracter cette maladie parce qu’elle lui est transmise par la mĂšre porteuse du chromosome x malade », explique Dr Annick Kumba Kingue, mĂ©decin biologiste immuno hĂ©matologue au CHU de YaoundĂ©.

Le coût du traitement varie entre 200 000 F CFA et 2 millions de F CFA. Pour pallier à cette maladie, des partenariats ont été signés avec les hÎpitaux Universitaires de GenÚve en Suisse pour obtenir gratuitement les facteurs de coagulation à administrés aux patients.

L’hĂ©mophilie a pour consĂ©quence, la dĂ©formation des jambes, voir mĂȘme, la mort du patient. « A la longue, les saignements peuvent se produire Ă  plusieurs endroits et la plupart du temps, les articulations vont gonfler, ensuite faire mal, et elle produire des arthropathies chroniques c’est-Ă -dire les maladies chroniques des articulations », prĂ©cise le Dr Annick Kumba Kingue, en indiquant que « la maladie peut Ă©galement entrainer des hĂ©morragies cĂ©rĂ©brales, urinaires. ConsĂ©quence, le patient peut en mourir s’il n’est pas pris en charge ».



Droits reservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut