Opinions › Tribune

Hommage à la préservation des gorilles au parc camerounais de la Mefou

Par SĂ©bastien Tanguay

Dans toute la triste histoire du gorille Harambe, tuĂ© (dimanche 29 mai 2016 au zoo de Cincinnati, Etats-Unis, Ndlr) après qu’un enfant soit tombĂ© dans sa cage, l’important est peut-ĂŞtre moins de savoir s’il fallait Ă©pargner l’animal – quitte Ă  risquer qu’il dĂ©membre un bambin sous les yeux de ses parents -, que de dĂ©terminer comment contribuer Ă  la survie des quelques gorilles qui restent sur la planète. Car pendant qu’Harambe ravissait les touristes du fond de sa cage, toute son espèce croupissait – et croupit toujours, d’ailleurs -, menacĂ©e d’extinction, dans l’indiffĂ©rence gĂ©nĂ©rale.

La colère qu’exprime depuis quelques jours la planète Internet envers le zoo de Cincinnati, qui a dĂ©cidĂ© de sacrifier une de ses vedettes pour sauver la vie d’un petit homme un peu trop tĂ©mĂ©raire – ou pas assez surveillĂ©, allez savoir -, sert Ă  bien peu de choses aux gorilles en gĂ©nĂ©ral, et encore moins Ă  Harambe en particulier.

Pour que la compassion soudaine exprimĂ©e envers une espèce au bord de l’extinction ait un sens, il ne faut jeter la pierre ni sur le zoo, ni sur les parents, ni sur l’enfant.

Il faut plutĂ´t la jeter sur la dĂ©forestation qui transforme en villes et en dĂ©sert la verdure d’Afrique, sur le braconnage qui est prĂŞt Ă  saccager le moindre recoin de nature dès qu’il y a une piastre Ă  faire au bout, et sur notre inquiĂ©tude qui est bien Ă©pisodique pour tout ce qui concerne les espèces en pĂ©ril.

Des gens, dans le monde, travaillent avec un dĂ©vouement exemplaire Ă  la prĂ©servation des animaux en danger d’extinction – comme les gorilles, dont les quatre sous-espèces rĂ©unies totalisent Ă  peine plus de 100 000 individus.

Lors d’un sĂ©jour au Cameroun effectuĂ© en octobre 2014, j’ai eu l’occasion de me rendre au parc Mefou, mis en place et dirigĂ© par l’organisme Ape Action Africa. Dans ce sanctuaire dĂ©diĂ© Ă  la conservation des primates, ces derniers vivaient dans des enclos clĂ´turĂ©s, mais absolument immenses, dans lesquels s’Ă©levaient les gigantesques arbres tropicaux qui constituent le foyer naturel de ces acrobates.

Des chercheurs, venus d’ailleurs et du Cameroun, se relayaient pour prendre soin des bĂŞtes placĂ©es sous leur gouverne, prĂ©sentant le mĂŞme respect les uns envers les autres qu’ils le faisaient envers leurs primates.


Le sanctuaire du Mefou recueillait des singes qui avaient Ă©tĂ© estropiĂ©s par le braconnage. Je me rappelle d’une gorille qui n’avait qu’un seul bras et qui, consĂ©quemment, Ă©tait vouĂ©e Ă  une mort certaine et douloureuse lorsque les chercheurs du parc l’avaient trouvĂ©e. Celle-ci s’Ă©lançait maintenant dans son enclos, capable – oui oui – de monter aux arbres.

C’est vers des organismes comme Ape Action Africa qu’il faut orienter l’indignation suscitĂ©e par la mort d’Harambe. Ceux-ci travaillent dans le milieu naturel des gorilles plutĂ´t que de les enfermer dans un enclos de bĂ©ton. Ils les recueillent dans la nature après qu’ils aient Ă©tĂ© blessĂ©s par l’aviditĂ© de notre espèce, plutĂ´t que de les acheter en bas âge pour les destiner Ă  une longue vie passĂ©e entre quatre murs. Et ils fournissent bien souvent des emplois de qualitĂ© Ă  une Afrique qui en a bien besoin.

Un don Ă  Ape Action Africa – ou Ă  d’autres, mais informez-vous bien pour savoir s’il s’agit d’organisations sĂ©rieuses avant de sortir le chĂ©quier! – ferait sans doute beaucoup plus pour la cause des gorilles menacĂ©s que tous les «ç’a pas d’bon sens!» que nous lançons au dĂ©tour de la machine Ă  cafĂ©, le matin, au bureau.

Au parc animalier de la Mefou (Centre – Cameroun)

famillemarguin.over-blog.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut