International › AFP

Iran: dix dates depuis la révolution islamique

Rappel des dates-clĂ©s de la RĂ©publique islamique d’Iran, qui Ă©lit vendredi son prĂ©sident.

– RĂ©volution islamique –

Le 1er fĂ©vrier 1979, l’ayatollah Rouhollah Khomeiny fait un retour triomphal Ă  TĂ©hĂ©ran après 15 ans d’exil, Ă  la suite du dĂ©part du chah Mohamed Reza Pahlavi après des mois de protestations contre son rĂ©gime.

Le 11 fĂ©vrier, la radio iranienne annonce « la fin de 2.500 ans de despotisme et la chute de la dictature des rois ».

Le 1er avril, la République islamique est proclamée.

– Otages amĂ©ricains –

Le 4 novembre 1979, de 300 Ă  400 Ă©tudiants, pour la plupart militants islamistes radicaux, franchissent le mur d’enceinte de l’ambassade amĂ©ricaine et prennent en otages les membres de la mission diplomatique. Ils dĂ©noncent l’hospitalisation de l’ex-chah aux Etats-Unis et demandent son retour en Iran. La prise d’otage de 52 diplomates amĂ©ricains dure 444 jours.

Le 9 avril, l’administration amĂ©ricaine, déçue de ne pouvoir composer avec le rĂ©gime, rompt ses relations diplomatiques avec TĂ©hĂ©ran.

– Guerre Irak-Iran –

Le 22 septembre 1980, l’Irak lance son armĂ©e sur le territoire iranien après que Bagdad eut dĂ©noncĂ© les accords d’Alger de 1975 devant mettre fin au conflit frontalier entre les deux belligĂ©rants sur le fleuve Chatt al-Arab, frontière naturelle entre les deux pays.

Après l’acceptation par l’Iran de la rĂ©solution 598 de l’ONU, un cessez-le-feu entre en vigueur le 20 aoĂ»t 1988. La guerre a fait un million de morts dans les deux pays.

– Rafsandjani, conservateur modĂ©rĂ© –

Après le dĂ©cès en juin 1989 de Khomeiny, l’ayatollah Ali Khamenei, prĂ©sident depuis 1981, devient guide suprĂŞme.

En juillet, le conservateur modĂ©rĂ© Akbar HachĂ©mi Rafsandjani est Ă©lu prĂ©sident, puis rĂ©Ă©lu en 1993. Il mène la reconstruction de son pays après la guerre avec l’Irak et amorce une politique d’ouverture Ă  l’Occident.

– Khatami, rĂ©formateur –

Le 23 mai 1997, le réformateur Mohammad Khatami est élu triomphalement président.

En juillet 1999, le rĂ©gime est confrontĂ© Ă  la plus importante manifestation de protestation depuis 1979. Des Ă©tudiants favorables Ă  Khatami se heurtent aux forces anti-Ă©meutes. D’autres manifestations estudiantines rĂ©primĂ©es Ă©mailleront la prĂ©sidence de Khatami.


RĂ©Ă©lu en 2001, M. Khatami, qui a longtemps incarnĂ© l’espoir de la rĂ©forme, aura passĂ© huit annĂ©es Ă  se battre contre les obstructions des conservateurs Ă  ses projets.

– L’axe du mal’ –

DĂ©but 2002, le prĂ©sident George W. Bush classe l’Iran comme un pays de l' »axe du mal » avec l’Irak et la CorĂ©e du Nord, l’accusant de vouloir « exporter le terrorisme » et de se doter d’armes de destructions massives.

Dès 1995, Washington avait dĂ©crĂ©tĂ© un embargo total contre l’Iran accusĂ© de soutenir le terrorisme.

– Le populiste Ahmadinejad –

Le 25 juin 2005, l’ultra-conservateur populiste Mahmoud Ahmadinejad remporte la prĂ©sidentielle. L’Iran reprend son programme d’enrichissement d’uranium.

Entre 2006 et 2010, l’ONU adopte six rĂ©solutions, dont quatre assorties de sanctions. Mais M. Ahmadinejad rejette toute suspension du programme nuclĂ©aire.

M. Ahmadinejad multiplie aussi les dĂ©clarations remettant en cause l’Holocauste, souhaitant qu’IsraĂ«l soit « rayĂ© de la carte ».

– Premier contact Rohani-Obama –

Le 15 juin 2013, Hassan Rohani, un religieux modĂ©rĂ© partisan d’une plus grande souplesse vis-Ă -vis de l’Occident pour mettre fin aux sanctions, est Ă©lu Ă  la prĂ©sidence.

Le 27 septembre, les prĂ©sidents Barack Obama et Hassan Rohani se parlent au tĂ©lĂ©phone, un contact sans prĂ©cĂ©dent Ă  ce niveau entre les Etats-Unis et l’Iran depuis la rĂ©volution.

– Accord sur le nuclĂ©aire –

Le 14 juillet 2015, un accord historique sur le nuclĂ©aire avec les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne) met fin Ă  plus de 13 ans de contentieux sur le nuclĂ©aire. Il garantit le caractère civil du programme iranien en Ă©change d’une levĂ©e sur dix ans des sanctions internationales.

Il entre en vigueur le 16 janvier 2016.

– Rupture avec l’Arabie –

DĂ©but janvier 2016, l’Arabie saoudite et ses alliĂ©s rompent ou rĂ©duisent leurs relations diplomatiques avec TĂ©hĂ©ran après une crise dĂ©clenchĂ©e par l’exĂ©cution d’un dignitaire chiite saoudien. Depuis, l’Iran est accusĂ©e d’ingĂ©rence dans les affaires des pays arabes et d’attiser les conflits en Syrie, en Irak, au YĂ©men et Ă  BahreĂŻn.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut