Opinions › Tribune

L’AFP appelle Ă  plus de consultation pour le projet de loi portant Code pĂ©nal

Alice Sadio, prĂ©sidente de l’Alliance des Forces Progressistes (AFP)

DĂ©claration Relative Ă  l’unilatĂ©ralisme de l’exĂ©cutif dans la conception du projet de loi N0 989/PJL/AN portant Code PĂ©nal

Dans une sociĂ©tĂ© organisĂ©e, les lois constituent et rendent compte du cadre normatif et positif Ă  travers lequel les individus, faibles ou forts, pauvres ou riches, les intĂ©rĂŞts divergents peuvent coexister et Ă©voluer en toute harmonie. Parce qu’elles ont vocation Ă  assurer le mieux ĂŞtre du citoyen, les lois ne sont donc pas conçues ex-nihilo. Elles s’inspirent de la civilisation, de la morale, de la modernitĂ© et donc du vouloir vivre ensemble de chaque communautĂ© de laquelle elles tirent justement leur lĂ©gitimitĂ© fondamentale. Ceci est d’autant plus vrai en contexte de dĂ©mocratie dont la dĂ©finition basique est «le gouvernement du peuple, pour le peuple et par le peuple».

Comment donc comprendre qu’en contexte de «gouvernement du peuple pour le peuple et par le peuple», une partie du peuple, la classe gouvernante notamment, se soit Ă©rigĂ©e au Cameroun en master dixit en matière de rĂ©gulation de la vie commune?

Tandis que dans toutes les dĂ©mocraties, mĂŞme en Afrique, la consultation et la concertation, l’auto-critique et la dĂ©marche mĂ©liorative soient rĂ©solument encrĂ©es dans les m urs Ă©tatiques, comment comprendre que dans un pays comme le Cameroun, qui regorge d’intelligences Ă  profusion, notamment dans le domaine pointu du droit, l’exĂ©cutif persĂ©vère dans sa logique de gouvernance Ă©sotĂ©rique au mĂ©pris de toutes les valeurs intellectuelles qui ne demandent qu’Ă  apporter leurs contributions Ă  l’Ă©dification d’une sociĂ©tĂ© meilleure ? L’exĂ©cutive version Renouveau a-t-il donc la science infuse?

Comment comprendre que dans un contexte sociĂ©tal de crise aiguĂ« en matière d’espace carcĂ©ral disponible, l’on juge opportun de pĂ©naliser les dĂ©lits relevant du civil sans mesures infrastructurelles d’accompagnement?

Comment comprendre que dans un contexte de paupĂ©risation criarde, oĂą les riches s’enrichissent au mĂŞme rythme que les pauvres s’appauvrissent, avec une Ă©rection progressive d’une sociĂ©tĂ© de classes palpable dans nos quartiers, des dĂ©lits tels que la «filouterie» du locataire relèvent dĂ©sormais du pĂ©nal et que par ailleurs l’on oublie de prĂ©voir des sanctions pour les employeurs vĂ©reux qui ne payent pas du tout, ou paient leurs employĂ©s en monnaie de singe?

Par ailleurs, que penser Ă  la lecture de l’article 123 qui semble davantage criminaliser l’activitĂ© politique et les revendications Ă©lectorales, en rĂ©primant l’attroupement, l’outrage envers le bureau local de vote et l’interdiction de manifestation Ă  caractère politique au sein d’un Ă©tablissement public et en milieu Ă©ducatif?

Comment comprendre que dans un pays prĂ©disposĂ© de par son bilinguisme Ă  produire les meilleurs traducteurs et interprètes du monde dans ses langues de prĂ©dilection, une loi d’une aussi haute importance que la loi portant code pĂ©nal soit soumise aux Ă©lus du peuple avec des disparitĂ©s manifestes?


Au regard de tout ce qui prĂ©cède et de bien d’autres travers, l’Alliance des Forces Progressistes (AFP) dĂ©clare : que s’il est louable de noter que l’exĂ©cutif s’est voulu respectueux des m urs et de l’Ă©thique africaines en maintenant la pĂ©nalisation de l’homosexualitĂ©, il reste regrettable que sur divers aspects le projet de loi N0 989/PJL/AN portant Code PĂ©nal soit entrĂ© en contradiction avec le principe dĂ©mocratique de concertation d’avec les diffĂ©rentes parties prenantes.

L’Alliance des Forces Progressistes (AFP) suggère aux parlementaires censĂ©s reprĂ©senter et dĂ©fendre l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral et les droits du citoyen de faire preuve de patriotisme en renvoyant Ă  l’exĂ©cutif sa copie pour relecture et consultations, aux fins de doter le peuple camerounais d’un Code PĂ©nal cohĂ©rent et pertinent, qui prenne en compte les intĂ©rĂŞts de TOUS et de CHACUN.
Fait à Yaoundé, le 21 juin 2016
La Présidente Nationale


Droits réservés )/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut