PersonnalitĂ©s â€ș Jeunes talents

Le Camerounais William Elong Ă  l’École de guerre Ă©conomique de Paris

A 22 ans, le plus jeune diplĂŽmĂ© de l’Ă©cole de guerre Ă©conomique de Paris ambitionne de rĂ©volutionner le continent par l’utilisation de drones

Il est le plus jeune diplĂŽmĂ© de l’École de guerre Ă©conomique de Paris. William Elong, Camerounais de nationalitĂ©, nourrit un rĂȘve pour l’Afrique. Celui de rĂ©volutionner le continent noir par l’utilisation des drones. A 22 ans, le natif d’EbonĂ© (localitĂ© situĂ©e entre Douala et Bafoussam) est considĂ©rĂ© comme un «petit gĂ©nie». Pour ce qui est de ses ambitions, il voit dĂ©jĂ  grand et vise mĂȘme la lune.

Parcours de William Elong
C’est Ă  l’Ăąge de 15 ans que William Elong obtint son BaccalaurĂ©at. Trois ans plus tard, il devient titulaire d’un double-diplĂŽme obtenu au sein de la Haute Ecole de Commerce de YaoundĂ© et de l’École SupĂ©rieure de Commerce de la Rochelle. Le Camerounais dĂ©croche par la suite un diplĂŽme en stratĂ©gie et intelligence Ă©conomique de l’École de guerre Ă©conomique de Paris Ă  l’Ăąge de vingt ans.

Pour lui, l’utilisation des drones est d’une importance capitale pour l’Ă©volution de l’Afrique. «Pour avoir des cartes de nos propres pays, nous devons aujourd’hui payer des sommes exorbitantes Ă  des prestataires. La technologie Ă  mes yeux est un cadeau du ciel qui n’appartient Ă  personne, Ă  nous de l’exploiter. Les drones peuvent Ă©galement cĂ©lĂ©brer la beautĂ© architecturale de nos villes ou couvrir des foires, des dĂ©filĂ©s, des Ă©vĂ©nements qui valoriseront la culture locale Ă  l’internationale.», argumente le jeune prodigue.

William Elong souhaite voir dĂ©ployer des drones sur toute l’Ă©tendue du territoire camerounais. Surtout pour surveiller le trafic routier et lutter contre les islamistes de Boko Haram qui sĂ©vissent actuellement dans le Grand Nord du pays. «J’aimerais que l’Afrique ait des yeux dans le ciel.», conclut-il.


William Elong, un génie camerounais à Paris.

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut