Opinions › Tribune

Le CPP dĂ©nonce et condamne l’interpellation de Bernard Njonga et des aviculteurs

Par Franck Essi, SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Cameroon People’s Party (CPP)

Alors qu’il accompagnait par sa prĂ©sence la manifestation des aviculteurs ce jeudi matin Ă  YaoundĂ©, Bernard Njonga, ancien PrĂ©sident de l’ACDIC, actuel PrĂ©sident du parti politique le CRAC ainsi que quelques manifestants aviculteurs, ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s ce jeudi 30 juin 2016 Ă  YaoundĂ©.

Le Cameroon People’s Party (CPP) dĂ©nonce et condamne avec vĂ©hĂ©mence cette attitude Ă  la fois illĂ©gale, ignoble et contreproductive des autoritĂ©s administratives et policières.

S’exprimer en manifestant son dĂ©sarroi et son dĂ©saccord Ă  l’endroit d’un Gouvernement inefficace et attentiste fait partie des droits reconnus et protĂ©gĂ©s par notre Constitution. Une fois de plus, notre Gouvernement manifeste son caractère rĂ©pressif, liberticide et son insensibilitĂ© envers son peuple qui souffre, son peuple qui se meurt.

Il s’agit pour le cas d’espèce d’aviculteurs qui, las d’attendre des mesures de relance, des mesures compensatoires des pertes enregistrĂ©es qui tardent Ă  ĂŞtre mises en uvre, las de voir les leurs mourir, ont dĂ©cidĂ© de prendre la rue pour pleurer, dĂ©noncer l’inertie d’un gouvernement, appeler Ă  l’aide ; et rappeler qu’ils ont des propositions que le Gouvernement gagnerait Ă  mettre en uvre.

Le CPP exige la libĂ©ration immĂ©diate et sans dĂ©lais de M. Njonga et des aviculteurs arrĂŞtĂ©s et appelle le Gouvernement Ă  respecter l’expression pacifique de libertĂ©s !

Pour ĂŞtre Ă  la hauteur, le Gouvernement gagnerait Ă  ne plus se rĂ©fugier derrière le prĂ©texte du maintien de l’ordre ! Etre Ă  la hauteur, c’est apporter des solutions rapides, urgentes et efficaces aux problèmes qui concernent des milliers d’hommes et de femmes qui outre le fait d’avoir vu le fruit de plusieurs annĂ©es d’efforts disparaĂ®tre sans raisons prĂ©cises, doivent gĂ©rer le stress de l’inconnu et en bonus, l’abandon par le Gouvernement.

Il est impératif que nous nous mobilisions tous pour apporter notre soutien et manifester notre présence auprès des acteurs de cette filière en danger. Il est nécessaire que nous réagissions avec force à chaque fois que des libertés sont embrigadés et réprimées.


Il en va de notre avenir et de notre devenir Ă  tous.

Fait Ă  Douala le 30 Juin 2016.

Kah Walla, présidente nationale du CPP.

Facebook.com/kah.walla)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut