International › APA

Le Maroc rejoindra le club des pays émergents durant les prochaines décennies (Banque mondiale)

Le Maroc deviendra, au cours des prochaines dĂ©cennies, le premier pays non producteur de pĂ©trole de la rĂ©gion MENA Ă  rejoindre le club des pays Ă©mergents, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) intitulĂ© « Le Maroc Ă  l’horizon 2040: Investir dans le capital immatĂ©riel pour accĂ©lĂ©rer l’Ă©mergence Ă©conomique ».Selon ce rapport, le Maroc a rĂ©alisĂ© des avancĂ©es incontestables au cours des 15 dernières annĂ©es, tant sur le plan Ă©conomique et social que sur celui des libertĂ©s individuelles et des droits civiques et politiques.

Ces avancĂ©es se sont notamment traduites par une croissance Ă©conomique relativement Ă©levĂ©e, une augmentation sensible de la richesse nationale et du niveau de vie moyen de la population, une Ă©radication de l’extrĂŞme pauvretĂ©, un accès universel Ă  l’Ă©ducation primaire, un meilleur accès aux services publics de base et un dĂ©veloppement considĂ©rable des infrastructures.

Grace Ă  ces avancĂ©es, le Maroc a pu enclencher un processus de rattrapage Ă©conomique vers les pays d’Europe du Sud (Espagne, France, Italie, Portugal), affirme le rapport.

Pour apprĂ©hender les voies d’un tel rattrapage, le prĂ©sent mĂ©morandum Ă©tablit un diagnostic de la performance Ă©conomique et sociale du Royaume au cours des 15 dernières annĂ©es avant de se projeter en 2040 et d’analyser les scĂ©narios Ă©conomiques qui permettraient de doubler le rythme actuel de convergence de l’Ă©conomie marocaine vers les pays d’Europe du sud.


Le rapport prĂ©sente ensuite les voies de politiques Ă©conomiques ainsi que les circonstances en matière d’Ă©conomie politique qui permettraient de rĂ©aliser un tel scĂ©nario vertueux de rattrapage Ă©conomique accĂ©lĂ©rĂ©.

Ce scĂ©nario repose sur une augmentation durable de la productivitĂ© de l’Ă©conomie marocaine Ă  travers une plus grande accumulation de capital immatĂ©riel.

Le rapport a été préparé par une équipe dirigé par Jean-Pierre Chauffour, économiste principal à la Banque mondiale sous la supervision du manager August Tano Kouame, et de Marie-Françoise Marie-Nelly.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut