Opinions › Tribune

Le nouveau protocole du hold-up électoral en Afrique équatoriale française

Par le CL2P

Après le Congo Brazzaville de DĂ©nis Sassou Nguesso, le Tchad d’Idriss Deby vient lui aussi de mettre le nouveau protocole des coups de force Ă©lectoraux en application:

1) Tripatouillage de la constitution;

2) Anticipation de l’Ă©lection prĂ©sidentielle avec Ă©limination par la cour constitutionnelle des prĂ©tendants les plus sĂ©rieux ou leur mise aux arrĂŞts;

3) Contrôle des communications avec interruption de toute connexion internet pendant et après le scrutin controversé;

4) Proclamation des rĂ©sultats nuitamment sous des disparitions forcĂ©es des opposants rĂ©calcitrants, les bombardements des pĂ´les de rĂ©sistance, et les menaces de mort Ă  l’encontre des observateurs les plus critiques;

5) Matraquage du « coup K.O » programmĂ©, dès les premières tranches d’informations matinales sur les ondes de Radio France Internationale (RFI), puis tout au long de la journĂ©e, avec une dĂ©claration du « vainqueur » auto-proclamĂ© ou de son porte-parole sans aucune voix dissidente, sous un mutisme garanti du Quai d’Orsay, c’est-Ă -dire de la France.


Un vĂ©ritable pĂ©ril autocratique gĂ©nĂ©ralisĂ© pèse ainsi sur toute l’Afrique Ă©quatoriale française.

Peut-elle encore l’Ă©viter?


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut