International › AFP

Le pays le plus heureux du monde est… la Norvège

Pas d'image

La bonne nouvelle devrait permettre d’affronter plus facilement les rigueurs du climat : la Norvège est officiellement le pays le plus heureux du monde, selon un très officiel rapport de l’ONU publiĂ© lundi.

La Norvège, 4e l’an dernier, dĂ©trĂ´ne le Danemark (2e), suivi de l’Islande et de la Suisse, selon le classement 2017 du « World Happiness Report », dont la publication coĂŻncide avec la journĂ©e mondiale du bonheur, Ă©tablie par l’ONU et cĂ©lĂ©brĂ©e le 20 mars.

La Première ministre norvĂ©gienne Erna Solberg, confrontĂ©e Ă  des lĂ©gislatives incertaines en septembre, a saluĂ© « une belle validation un lundi matin ».

« MĂŞme si nous sommes maintenant Ă  la tĂŞte du classement, nous devons continuer Ă  donner la prioritĂ© aux soins pour les maladies mentales, Ă  amĂ©liorer le suivi des enfants et des jeunes parce que beaucoup sont encore en difficultĂ© », a-t-elle rĂ©agi sur Facebook.

La Finlande (5e), ​​les Pays-Bas (6e), le Canada (7e), la Nouvelle-ZĂ©lande (8e), l’Australie et la Suède Ă  Ă©galitĂ© au 9e rang, complètent le classement des dix pays oĂą les habitants se disent les plus heureux.

L’objectif de ce rapport annuel est de rendre compte du bien-ĂŞtre des populations au-delĂ  des seuls indicateurs Ă©conomiques et de parvenir Ă  intĂ©grer ce critère dans les statistiques publiques.

Premier producteur d’Europe occidentale, la Norvège est un pays prospère qui, malgrĂ© le rĂ©cent recul du prix des hydrocarbures, dispose d’un État-providence très gĂ©nĂ©reux.

« On a tirĂ© le ticket gagnant », a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Arne Larsen, ex-fonctionnaire Ă  la retraite, rencontrĂ© Ă  Oslo. « Le pĂ©trole y est pour quelque chose mais il ne faut pas exagĂ©rer son importance parce qu’il faisait aussi bon vivre en Norvège avant. Je pense donc que cela a trait Ă  des facteurs sociĂ©taux plus profonds : la Norvège est assez homogène, un pays oĂą l’écart entre gouvernants et administrĂ©s n’est pas très grand, et oĂą la confiance règne ».

MĂŞme son de cloche chez Thea Sofie Rusten Grastveit. Enceinte Ă  30 ans de son premier enfant, cette conseillère politique d’une ONG s’apprĂŞte Ă  partager avec son mari un congĂ© parental de 16 mois… Ă  50-50.

« Une des principales raisons pour lesquelles on peut faire tout ça, c’est la rente pĂ©trolière », confie-t-elle. « On a certes bien gĂ©rĂ© nos ressources pour la collectivitĂ© mais on a aussi eu un maximum de chance d’avoir ces ressources ».

– SantĂ© mentale, bonne gouvernance –


MĂŞme si les pays qui caracolent en tĂŞte sont tous dĂ©veloppĂ©s et riches, le rapport souligne que l’argent n’est pas le seul ingrĂ©dient de la recette du bonheur.

Il Ă©numère notamment « la compassion, la libertĂ©, la gĂ©nĂ©rositĂ©, l’honnĂŞtetĂ©, la santĂ©, les filets sociaux et la bonne gouvernance » comme Ă©tant les critères fondamentaux pour favoriser le bonheur.

La mĂ©thodologie utilisĂ©e consiste Ă  demander Ă  un Ă©chantillon d’environ 1.000 personnes de rĂ©pondre Ă  une sĂ©rie de questions sur la perception de leur qualitĂ© de vie sur une Ă©chelle de 1 Ă  10.

Parmi les pays les plus riches, les diffĂ©rences de niveau de bonheur ont beaucoup Ă  voir avec « les diffĂ©rences de santĂ© mentale, de santĂ© physique et de relations personnelles : la plus grande source de misère est la maladie mentale », selon le rapport.

« Les diffĂ©rences de revenu importent davantage dans les pays pauvres, mais mĂŞme leur maladie mentale est une source majeure de misère », ajoutent les auteurs.

Les États-Unis glissent de la 13e Ă  la 14e place en raison notamment d’un moindre soutien social, d’une confiance en berne dans les institutions gouvernementales et d’une corruption perçue en hausse. Alors que le discours politique se focalise dans ce pays sur la croissance Ă©conomique, le niveau de satisfaction des AmĂ©ricains sur l’Ă©chelle du bonheur n’a pas progressĂ© depuis les annĂ©es 1960, relève le rapport.

Un autre grand pays, la Chine (79e), a fait des progrès Ă©conomiques importants ces dernières annĂ©es. Mais son peuple n’est pas plus heureux qu’il y a 25 ans, constate Ă©galement le World Happiness Report.

La France est à la traîne des pays développés, progressant légèrement dans ce nouveau classement de la 32e à la 31e place.

Sans surprise, les pays touchés par les guerres et les catastrophes sont en bas de classement. La Syrie se place à la 152e place de cette liste de 155 pays, fermée par la Centrafrique.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut