Opinions › Tribune

Le président Mowha Franklin de nouveau incarcéré à la prison de Bafoussam

Par Jules Roland Tchague

Frontline fighters for citizen interests (FFCI) informe l’opinion publique national et internationale que son prĂ©sident national, M. Franklin, est, depuis bientĂ´t quatre semaines, incarcĂ©rĂ© Ă  la prison de Bafoussam, en exĂ©cution d’un mandat d’arrĂŞt du TPI de Bafoussam pour un jugement rendu en . 2012 ! (N° 1618/Cor du 16/08/2012).

Alors qu’il vaquait Ă  ses occupations habituelles de dĂ©fenseur des droits humains dans la rĂ©gion Ouest (notamment pour une affaire d’assassinat d’une mineure dans une sordide affaire de trafic d’organes humains Ă  des fin rituelles), le prĂ©sident Mowha s’est vu interpellĂ© par le CSP de BangangtĂ© et transfĂ©rĂ© 24 heures plus tard au parquet d’instance de Bafoussam puis au centre pĂ©nitentiaire de la ville.

Il est reprochĂ© au prĂ©sident Mowha le dĂ©lit de « Violences Ă  fonctionnaire en exercice et rĂ©bellion » (sic), ce que l’intĂ©ressĂ© ne reconnaĂ®t guère jusqu’Ă  prĂ©sent. Alors que le jugement qui le conduit en prison est « rĂ©putĂ© contradictoire », le prĂ©sident Mowha ne cesse de clamer qu’il n’a jamais comparu pour pareille affaire.

En attendant que ses conseils juridiques ne voient un peu plus clair dans cette nouvelle dĂ©tention (qui survient quelques mois seulement après une prĂ©cĂ©dente de 18 mois particulièrement Ă©prouvante voulue par le tribunal militaire de Bafoussam et dans laquelle la justice militaire s’est bien gardĂ©e de mettre au clair le jeu trouble du Chef SupĂ©rieur BangangtĂ© dans l’affaire), FFCI s’interroge dĂ©jĂ  sur la probabilitĂ© Ă©levĂ©e d’un nouveau règlement de compte contre son remuant prĂ©sident national.


Pour l’heure, le prĂ©sident Mowha partage la mĂŞme cellule avec Tenekam Pierre, prĂ©sumĂ© criminel de l’affaire du meurtre citĂ© en dĂ©but de ses lignes. On se rappelle qu’au sujet de cette affaire, il avait Ă©crit au Sous-prĂ©fet de Bafoussam pour une manifestation publique de dĂ©nonciation de crimes rituels rĂ©currents dans la rĂ©gion. Evidemment, la manifestation avait Ă©tĂ© interdite.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut