International › APA

Le président Ouattara souhaite une matérialisation rapide des engagements pris dans le cadre du TAC

Pas d'image

Le président ivoirien Alassane Ouattara souhaite une matérialisation rapide des engagements pris par la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso dans le cadre du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre les deux pays, a-t-il déclaré lundi soir, à Ouagadougou.Le président ivoirien présent dans la capitale burkinabè pour la 6e conférence au sommet du TAC, a reconnu qu’il y a eu des avancées notables dans la cadre du Traité d’amitié et de coopération  ivoiro-burkinabè.

«Nous considérons que ce sommet puisse montrer aux populations que nous avançons», a affirmé Alassane Ouattara, quelques instants après avoir atterri et accueilli par son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré,  à l’aéroport international de Ouagadougou, lundi après-midi aux environs de 16 h 20 minutes. 

Pour le président Ouattara, des étapes ont été franchies dans le domaine du Traité d’amitié et de la coopération, mais il estime que les deux pays doivent faire  davantage. 

«Nous devons aller encore plus vite», a-t-il suggéré, avant d’indiquer que «je suis  certain qu’avec mon frère le président Kaboré, nous ferons en sorte qu’il y ait une matérialisation des engagements pris par les deux gouvernements».

Le chef de l’Etat ivoirien a aussi expliqué que les deux gouvernements se doivent de faire en sorte que le suivi des projets soit maintenu et que «les populations puissent bénéficier des progrès qui sont en cours dans les deux pays». 

Alassane Ouattara a remercié le président du Faso pour «l’accueil particulièrement chaleureux chaque fois que nous arrivons à Ouagadougou». 

Il a rappelé qu’une forte délégation ministérielle ivoirienne est présente à Ouagadougou avec à sa tête le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et des membres du gouvernement. 


De son avis, le TAC constitue «une forme achevée de coopération Sud-Sud». 

La 6e conférence au sommet du TAC a débuté lundi matin avec  le conseil conjoint des gouvernements ivoiriens et burkinabè qui ont  adopté les travaux des experts des deux pays, tenus du 13 au 15 juillet.

La rencontre bilatérale prend fin demain mardi avec la signature des différents accords, en présence des présidents Kaboré et Ouattara. 

Le Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso est un cadre de concertation né depuis 2008 et qui rassemble annuellement les exécutifs des deux pays.

Il a vu le jour sous l’impulsion des ex-présidents ivoirien Laurent Koudou Gbagbo et burkinabè Blaise Compaoré qui avaient voulu, par cet acte, renforcer l’axe Ouagadougou-Yamoussoukro. 

Les réunions se tiennent alternativement dans les capitales politiques des deux Etats et permettent d’évoquer des sujets de développement concernant les deux pays. 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut