Opinions › Tribune

Les Africains ont lâchement trahi Dieu et tous leurs malheurs en découlent

Par Leon Tuam

En jetant le premier coup d’ il Ă  ce titre, d’aucuns vont se demander comment les habitants du continent le plus pieux du monde peuvent avoir trahi Dieu. Les Africains ont trop trahi dieu. Louer Dieu, l’arroser de prières et se consacrer candidement et entièrement Ă  lui est une grande trahison.

A tous les humains, Dieu a donnĂ© de prĂ©cieux outils ou de grands trĂ©sors Ă  savoir : l’intelligence, les membres, des richesses naturelles, et la capacitĂ© de devenir sages. Et après leur avoir donnĂ© tout ceci, il les a mis en libertĂ©. Il leur a demandĂ© d’aller s’aimer et s’Ă©panouir. En nous donnant tout cela, Dieu est entrĂ© dĂ©finitivement en nous ; il est dĂ©jĂ  en nous.

Les Asiatiques s’aiment et tirent de grands profits de ces trĂ©sors que Dieu jadis dĂ©posa en eux ; ce faisant ils honorent pleinement Dieu. Les EuropĂ©ens, les AmĂ©ricains et Australiens s’aiment et tirent profit de ces trĂ©sors jadis laissĂ©s en eux par Dieu. En cela ils honorent Dieu.

Mais de leur cĂ´tĂ© que font les Africains ? Font-ils bon usage eux de leur intelligence ? Non, pas encore. Font-ils usage de leurs mains en agissant adĂ©quatement selon les circonstances pour s’Ă©panouir ? Non, pas encore.

Dieu a dit, Aimez-vous ! Les Africains s’aiment-ils ? Non, pas encore. La haine de leurs propres frères et s urs est trop forte chez l’Africain. Ils aiment plus les Ă©trangers que les leurs. Les Africains sont trop divisĂ©s et s’autodĂ©truisent.

Nous avons vu des frères ivoiro-africains descendre au fond de la haine et de l’autodestruction. Les vidĂ©os sont lĂ  montrant des Ivoiriens allonger d’autres Ivoiriens en bordure de routes avant de les arroser de balles, ou les frapper Ă  coups de pieds et de mains jusqu’Ă  ce que mort s’en suive. Tout est lĂ .

Ces mĂŞmes scènes macabres et tragiques ont dĂ©corĂ© la sociĂ©tĂ© libyenne, sierra lĂ©onaise, congolaise, centrafricaine, libĂ©rienne, togolaise, nigĂ©riane, gabonaise, tchadienne, somalienne, angolaise, mozambicaine, guinĂ©enne, ougandaise, rwandaise, burundaise, et lorgnent aujourd’hui avidement le Cameroun. Les rebelles tĂ©lĂ©guidĂ©s dits Boko Haram sont des Africains qui tuent d’autres.

Au lieu de s’unir, de s’aimer et d’utiliser leur intelligence et leurs mains pour agir et ĂŞtre plus libres et s’Ă©panouir en encombrant moins Dieu, les Africains ont choisi d’embastiller leurs cerveaux, de voiler leurs yeux, de garder constamment leurs mains en position levĂ©e au le ciel, un ciel sec et muet.

Les problèmes Ă©crasent les Africains, les malheurs les assaillent, la pauvretĂ© et les misères les humilient : des religions, des divisions et des haines ils se grisent ; ils s’y baignent, ils s’y noient, et noient leurs intelligences ; ils les laissent paralyser leurs mains et crever leurs yeux pour ne pas regarder la vĂ©ritĂ© en face ou pour fuir leurs responsabilitĂ©s.


Tout ceci est un grand dĂ©shonneur de Dieu. DĂ©shonneur en ce sens que les Africains refusent encore obstinĂ©ment d’utiliser les outils jadis mis en eux pour faire sa fiertĂ©, et ce Dieu lui-mĂŞme dĂ©jĂ  courroucĂ© par ces inepties murmure :

« Vous avez tout ; je vous ai tout donnĂ©s ; aimez-vous d’abord avant de m’aimer ; utilisez ces outils-lĂ  pour fleurir ; vivez intelligemment et non naĂŻvement. Sur vous, Africains, ne pèse aucune fatalitĂ©. Battez-vous ! Battez-vous et revenez Ă  moi seulement en enfants accomplis, dignes et fiers. »

Mais beaucoup d’Africains ne veulent pas comprendre ces paroles. Ils refusent de voir qu’ils ont Ă©tĂ© piĂ©gĂ©s par d’autres peuples. Ils fuient, et fuient ce CrĂ©ateur qui est dĂ©jĂ  mĂŞme en eux et vont le chercher aveuglĂ©ment ailleurs. Ils choisissent d’attendre encore des choses de lui. Ah, comme c’est maladroit ! Avec les prĂ©cieux outils ils ont Ă©tĂ© libĂ©rĂ©s, mais ils s’Ă©rigent chaque jour des prisons et s’y enferment.

Ces haines et divisions chez les Africains, ces prières passives des Africains, ces immenses larmes dignes d’enfants, ces violences, cette naĂŻvetĂ© sotte chez les Africains et ce refus opiniâtre de s’assumer sont de grands poisons pour les Africains et font d’eux des traĂ®tres aux yeux de Dieu. Tous les malheurs des Africains viennent de cette trahison.

Et si les Africains n’abandonnent pas vite tous ces poisons qui les affaiblissent et les dĂ©truisent, s’ils tardent de voir qu’ils ont déçu et trahi Dieu en faisant un mauvais usage des trĂ©sors qu’ils reçurent de lui, ils sombreront bientĂ´t dans des humiliations et chaos irrĂ©parables.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut