Opinions › Tribune

Les Africains seraient-ils des incapables, ce qui expliquerait pourquoi les dirigeants donnent les marchés aux étrangers?

Par Calixthe Beyala, Ă©crivain

Le seul continent oĂą l’on prĂ©fère faire travailler des Ă©trangers hors continentaux et non des nationaux, c’est bien l’Afrique. Qu’il s’agisse de grands marchĂ©s pour la construction des infrastructures, qu’il s’agisse de la simple communication, les dirigeants Africains prĂ©fèrent enrichir des Ă©trangers que leurs frères et s urs.

Du jamais vu dans ma courte expérience de vie. Serait-ce parce que les Africains ne savent pas travailler, ne veulent pas travailler ou travaillent mal?

Cet aspect est Ă  considĂ©rer. Serait-ce parce que les dirigeants Africains sont mentalement colonisĂ©s et dĂ©velopperaient des complexes d’infĂ©rioritĂ© ?

Cet aspect est aussi Ă  considĂ©rer, d’autant qu’ils versent aux Ă©trangers des sommes faramineuses notamment pour leur communication. La moindre petite structure europĂ©enne travaillant pour un chef d’État Africain gagne plusieurs millions d’euros par an ! Il est Ă  constater que ces mĂŞmes dirigeants sont incapables de payer correctement le travail de leurs compatriotes mĂŞme quand ces derniers travaillent mieux que les Occidentaux.

Ce constat devrait nous amener Ă  nous interroger sur notre manière de fonctionner les uns Ă  l’Ă©gard des autres. Ce constat devrait nous amener Ă  changer. Il conviendrait que les dirigeants Africains fassent un peu plus confiance Ă  leurs compatriotes en leur confiant des grands chantiers ainsi que des marchĂ©s. Il conviendrait qu’ils pratiquent un peu plus la prĂ©fĂ©rence intracontinentale !


Ce n’est qu’Ă  ce prix que l’Afrique s’en sortira.

L’auteure camerounaise, Calixthe Beyala

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut