Santé › Actualité

Les Camerounais appelĂ©s Ă  donner du sang pour les blessĂ©s d’Eseka

Le bureau local de la Croix rouge appelle les volontaires à se rendre dans les hôpitaux de Douala et Yaoundé, ou des équipes ont été déployées

Les drapeaux sont en berne ce lundi 24 octobre au Cameroun pour une journĂ©e de deuil national dĂ©crĂ©tĂ©e par le prĂ©sident Paul Biya suite Ă  la mort de plus de 70 personnes qui ont pĂ©ri dans le dĂ©raillement d’un train YaoundĂ©-Douala vendredi Ă  Eseka. Le dernier bilan fait Ă©galement Ă©tat de 600 blessĂ©s. Les hĂ´pitaux Ă  Douala et YaoundĂ© sont dĂ©bordĂ©s et manquent de sang.

A l’entrĂ©e de l’hĂ´pital, le ton monte parfois un peu parce que les proches des victimes forcent le passage pour rentrer mĂŞme après la fin des heures de visite officielle.

Mais Ă  l’intĂ©rieur, les blessĂ©s s’estiment plutĂ´t bien pris en charge. La situation est assez calme, les victimes ont Ă©tĂ© rĂ©parties dans les diffĂ©rents sites, installĂ©s sur des lits pour pouvoir recevoir les traitements. Certains racontent cependant que contrairement Ă  ce qui a Ă©tĂ© promis, les frais ne sont pas totalement pris en charge pour le moment. Une femme d’une quarantaine d’annĂ©es racontait par exemple que les examens sont offerts et pas les mĂ©dicaments

En revanche, une cruelle pĂ©nurie de sang se fait jour dans les hĂ´pitaux tant Ă  Douala qu’Ă  YaoundĂ©. La Croix-Rouge camerounaise a lancĂ© des appels au don du sang, notamment sur les rĂ©seaux sociaux, pour faire face aux besoins de près de 500 blessĂ©s. «Sur notre page Facebook, on a postĂ© des avis de recrutements des donneurs de sang. On leur demande d’aller vers les centres de santĂ© de YaoundĂ© et de Douala pour donner un peu de leur sang pour sauver des vies», dĂ©taille Bernard Ayissi Nouma, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la Croix-Rouge camerounaise avant de prĂ©ciser que «des Ă©quipes sont sur place et attendent ces donneurs».

Les donneurs se mobilisent sur les réseaux sociaux


TĂ©moin de cette situation, Gervais NihadjouĂ© a tenu Ă  donner son sang. «On est tous dĂ©solĂ©s, on est tous touchĂ©s. J’ai pensĂ© que ça, c’Ă©tait un truc plus concret que juste dire ″dĂ©solé″», explique le Camerounais.

Et d’ajouter : «Pendant le don de sang, mes amis et moi avons pris des photos. On a fait comme un live sur Facebook pour sensibiliser. Ça fait mĂŞme pas une seconde et ça prend Ă  peine 20 Ă  30 minutes alors si chacun de nous, ou si on y va deux par deux, ça peut faire assez de sang en stock pour les personnes en danger et voire, il y aura mĂŞme un surplus. Il est vraiment important que chacun pense Ă  le faire, c’est important.»


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut