Opinions › Tribune

Lettre aux Francophones d’Afrique

Par Pr. Bruno Bernard

A mes chers amis francophones d’Afrique,

Dimanche c’est le 20 mars, journĂ©e mondiale de la Francophonie partout sur les cinq continents chez vous en Afrique mais aussi ici en Belgique.

J’aimerai apporter un message diffĂ©rent des autres annĂ©es, prendre quelques minutes de votre temps pour vous rassurer sur l’importance de la langue française, sur sa croissance mondiale, sur le fait que vous ne devez plus vous sentir sur la dĂ©fensive mais plus sur la reconquĂŞte. Il faut voir le nombre d’AmĂ©ricains ou de Chinois qui apprennent le français pour comprendre cette nouvelle dynamique.

Le monde anglo-saxon dans les années 90 a semblé sans limites et incontournable mais depuis peu, nous retombons dans une phase plus multipolaire, basée sur une mondialisation horizontale.

Avant, dĂ©pourvu de contacts, souvent isolĂ© culturellement, les francophones du monde Ă©taient soumis chaque jour Ă  un environnement mono lingue impĂ©rialiste lui dictant ses modes d’emploi technique, ses films, ses livres et magazines. Avec des moyens sans limites, avec des canaux de diffusions monopolistiques, le rouleau compresseur anglophone emportait tout sur son chemin.

Stromae a rĂ©alisĂ© une tournĂ©e mondiale et est passĂ© par l’Afrique pour bien souligner l’importance du public francophone et sa puissance.

Avec la toile, ce type d’action n’a plus de sens car la culture cinĂ©matographique n’a plus besoins de certains supports physique pour entrer sur votre Ă©cran, la musique ne dĂ©pend plus des chaĂ®nes de radio imposĂ©es, les livres en ventes virtuellement sont disponibles partout pour quelques cents, oĂą les applications en français sont disponibles, idem pour la communication Skype et autre Viber ont changĂ© la donne.

J’ai le plaisir d’ĂŞtre second auteur d’auteurs africains d’Afrique de l’Ouest et du Nord pour des publications Ă©conomiques Docteur Samuel Mathey ou technologiques Docteur Farid Benyahia.

La Francophonie Ă©conomique aussi a bien compris que 200 millions de consommateurs avec un pouvoir d’achat de croissance changeait aussi la donne et peu aussi jouer cette carte de bien vivre.


Souvent oubliĂ©e, l’Afrique francophone est pourtant en terme de population majeure et la seule partie de la Francophonie Ă  afficher une croissance de 5%, j’aimerai que vous vous sentiez plus comme une tĂŞte de pont de langue française, je vous demanderai d’ĂŞtre plus impĂ©rialiste linguistiquement parlant sur votre continent. Il faut augmenter les Ă©changes avec les autres pays ou il y a une Ă©mergence forte d’usage du français dans les pays d’Europe de l’est ou en AmĂ©rique du Nord. Il existe une nouvelle classe d’ingĂ©nieurs urbains sur ce continent composĂ© aussi de millions de personnes hautement Ă©duquĂ©es et crĂ©atives. Les ingĂ©nieurs africains changent la donne chaque jour car ils ont un angle diffĂ©rent pour apporter des nouvelles voies et des solutions techniques novatrices.

Avec la chute des prix des billets d’avion, il faut augmenter les Ă©changes Ă©conomiques, Ă©ducatifs et culturels.

Trouvez les moyens de communication, poussez vos associations et Ă©coles tournez vous Ă  fond vers les 200 millions de francophones pour que ensemble, nous puissions porter haut notre bien commun: notre langue.

Bonne fĂŞte de la Francophonie.

Professeur Bruno Bernard et madame Bernard en Géorgie, pour recevoir un Prix de Docteur Honoris Causa pour ses travaux économiques (cérémonie bilingue, Francophonie oblige)

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut