Opinions › Tribune

La lettre d’Ayah Paul aux Camerounais

©Droits réservés

Depuis sa cellule du Sed, l’avocat général près la Cour suprême se dit moralement serein, mais s’étonne de la machination qui entoure sa détention.

Je suis totalement satisfait d’avoir mené le bon combat, avec intégrité, en toute honnêteté, compte tenu de la loi et en toute vérité. Je vais de l’avant et je le ferais jusqu’à la fin, avec l’inspiration des Écritures Saintes. Celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé.» Matthieu 10:22

Que la paix règne de façon suprême parmi vous et à votre sujet, par la grâce du Très Haut! Cela peut-être une nouvelle pour certains d’entre vous que Ayah Paul Abine passe son 95ème jour de captivité ce Mardi 25 avril 2017. Depuis mon enlèvement, je suis habité d’un calme étonnant, regardant vers le Très Haut, l’unique vrai juge en matière de justice.

Mais comme certains d’entre vous le savent déjà, ma résidence de Yaoundé au quartier Biyem-Assi, lieu-dit Tam -Tam a été attaquée la nuit du vendredi dernier à une heure du matin. Même comme la plupart des agresseurs demeurent non identifiés jusqu’à présent, les évènements depuis mon enlèvement semblent conduire à des indices incontournables.

Premièrement, la liste des «principaux gars» qui ont comploté l’élimination physique masquée en arrestation «perforée» a largement été confirmée même par les cercles hautement incorruptibles. Et, il est même affirmé que le chef «d’équipe» initiateur n’en est pas à son premier homicide par procuration.

La question intriguante que quelqu’un devrait se hâter de poser est pourquoi Ayah Paul Abine est en captivité depuis plus de trois mois, alors que d’autres personnes qui ne jouissent pas de la protection de la juridiction privilégiée dont Ayah jouit ont été libérées sans conditions. Ce seul fait ne suggère-t-il pas avec force qu’Ayah est un otage?

À nouveau, le gouvernement du Cameroun a non seulement maintenu un silence cynique au sujet de mon enlèvement officiel, mais il y a eu des machinations de type conspirations afin de museler la presse et toute personne au plan national que international relativement à tout ce qui concerne ma captivité. Par exemple, il est fortement allégué que les officiels des Nations-Unies ont été systématiquement empêchés de me rencontrer. Et les quelques citoyens qui ont porté le cas d’Ayah initialement ont maintenant été apparemment intimidés ou même compromis afin qu’ils gardent le silence.

La situation est d’autant plus révélatrice qu’Ayah est gardé en captivité. Ses ravisseurs sont sur le pied de guerre depuis le 06 mars 2017, sur la base ridicule qu’Ayah a osé déposer le bref de prérogative de l’Habéas Corpus pour sa libération immédiate. Depuis lors les gardiens portent des gilets pare-balles et des casques de guerre, ainsi que des pistolets automatiques levés. Ils ont également des sacs bourrés de munitions.

À nouveau, la communication avec Ayah est devenue un crime grave, à tel point qu’un de mes amis a été récemment enfermé juste pour m’avoir salué. Et ça a pris les services d’un avocat pour sécuriser sa sortie de prison.

La rĂ©clusion dĂ©bilitante dans l’espoir de sa dĂ©gradation psychologique du fait de la solitude se poursuit les membres du parti d’Ayah, les amis et les connaissances ont tous Ă©tĂ© freinĂ©s de lui rendre visite au cours du passĂ© rĂ©cent. Le plus curieux de tout cela est que les avocats d’Ayah ont Ă©tĂ© empĂŞchĂ©s de rencontrer leur client trois fois en une soirĂ©e, contrairement Ă  la loi. En d’autres termes, Ayah est privĂ© du droit Ă  une dĂ©fense.


De plus, le ministère de la Justice qui s’est assis sur les 17 mois d’arriĂ©rĂ©s de salaire d’Ayah Paul pendant trois ans a continuĂ© Ă  le faire malgrĂ© un rapport officiel sur la situation dĂ©plorable. Un complot malveillant pour empĂŞcher Ayah de payer ses avocats, ou mĂŞme d’acheter des articles de première nĂ©cessitĂ© tels que de la nourriture.

Les enfants universels du Très Haut! En vĂ©ritĂ©, je vous dis que la guerre psychologique est intense et implacable! Juste quelques autres exemples pour illustrer le point. Chaque fois, Ayah a dĂ» ĂŞtre conduit hors de prison Ă  son retour, il a Ă©tĂ© escortĂ© par deux vĂ©hicules militaires avec au moins une douzaine de gendarmes Ă  bord. Et la conduite a Ă©tĂ© tellement hors la loi, imprudente et rapide que mĂŞme les os d’Ayah seraient broyĂ©s en poussière en cas d’accident.

Comme si cela n’Ă©tait pas assez mauvais, dans la poursuite de l’intrigue initiale contre Ayah, sa famille a reçu des appels du monde entier relativement au fait que le tĂ©lĂ©phone d’Ayah Ă©tait opĂ©rationnel, longtemps après que mes ravisseurs aient saisi mon tĂ©lĂ©phone. Il n’est pas difficile de dĂ©duire que ces ravisseurs donnent l’impression que j’étais libre pour donner lieu Ă  un cas discutable de meurtre
«mystérieux».

Et on a abouti Ă  cette conclusion par le fait que cinq messages (sms) ont Ă©tĂ© distribuĂ©s que j’avais Ă©tĂ© libĂ©rĂ©. Comme ces machinations ont Ă©chouĂ© jusqu’ici, je ne suis plus la seule cible: c’est maintenant toute ma famille, en raison de l’attaque qui a eu lieu au cours du week-end dernier.

CoĂŻncidence?

Chers enfants universels du Très Haut! Mon moral est extrĂŞmement Ă©levĂ©! Je suis tout Ă  fait convaincu que j’ai combattu le bon combat; Avec intĂ©gritĂ©, en toute honnĂŞtetĂ©, dans le respect de la loi et dans toute la vĂ©ritĂ©. Je vais de l’avant et je le ferai jusqu’Ă  la fin avec l’Inspiration des Saintes Écritures :« (…) mais celui qui persĂ©vèrera jusqu’Ă  la fin sera sauvé»

L’histoire prĂ©cĂ©dente, je l’ai racontĂ©e juste au cas oĂą il plairait au Très-Haut de laisser sa volontĂ© se faire quand il le choisirait, le gouvernement du Cameroun sera empĂŞchĂ© de mettre en place une autre Commission fictive d’enquĂŞte pour sonder l’organisation officielle de mon l’assassinat.

La paix et les grâces divines sont avec vous tous, Enfants universels du Très Haut! Notre Dieu vit!

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut