Politique › Partis politique

Le Manidem réagit à la condamnation d’Ahmed Abba

©Droits réservés

Le parti politique d’Anicet Ekanè se dit choqué par cette décision du Tribunal militaire

Le Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem) a fait une sortie après la condamnation du correspondant de Rfi en langue haoussa, Ahmed Abba. « Le Manidem est choqué par cette condamnation et élève une ferme et vive protestation contre ce verdict », écrit d’emblée Bedimo Kouo, le secrétaire national à la communication du parti.

Le parti d’Anicet Ekanè constate que « par cet acte, le régime de Yaoundé confirme sa volonté d’intimider les journalistes au Kamerun. C’est l’occasion de rappeler ici que plusieurs autres journalistes font l’objet de procédures judiciaires devant les tribunaux du pays.


La loi contre le terrorisme que le Manidem avait décrié dès son adoption, a été votée par l’Assemblée Nationale pour remplacer les anciennes ordonnances de 1962 dans la répression contre la liberté d’expression et le débat démocratique. Le Manidem appelle tous les Kamerunais soucieux de préserver les acquis de la démocratie et de la liberté d’expression chèrement obtenus en 1990, à se mobiliser contre cette sentence du tribunal militaire », ajoute Bedimo Kouo.

L’appel à la mobilisation du parti de l’opposition implique-t-il des manifestations populaires ? Pas forcément. Mais, « le Manidem exhorte le chef de l’Etat à prendre ses responsabilités et user de toutes ses prérogatives pour faire libérer rapidement le journaliste correspondant de RFI. La liberté de presse n’est pas négociable. Le Manidem se tient à la disposition de toutes les forces vives du pays pour l’organisation la riposte contre le terrorisme d’état du régime Rdpc », menace le parti.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut