Politique › Sécurité

Des membres de Boko haram se sont-ils livrés à l’armée camerounaise?

Abubakar Shekau ©Droits réservés

Certaines informations affirment qu’ils ne supportaient plus la famine Ă  laquelle ils Ă©taient confrontĂ©s dans les brousses oĂą ils se rĂ©fugiaient.

Selon l’agence de presse Xinhua, le lundi 15 mai, « des dizaines de fidèles présumés de Boko haram ont fait défection pour se rendre aux autorités camerounaises, qui les ont accueillis en les regroupant à Kousseri, ville de la région de l’Extrême-nord frontalière de Ndjamena ».

La même source explique que les présumés islamistes se sont rendus parce que ne pouvant plus supporter la famine qui les rongeait dans les coins où ils étaient retranchés sous la menace permanente de l’armée camerounaise, soutenue par alliés du Nigeria, du Tchad et du Niger, sous la bannière de la Force multinationale mixte.

Xinhua croit savoir que parmi les déserteurs de la secte Boko haram, on compte des femmes et des enfants dont le nombre n’a pas été précisé.


Cependant, selon des sources proches de l’information, la Force multinationale mixte n’a reçu personne. Le Cameroun ne disposant pas de protocole consignant le traitement de terroristes qui se livrent, s’ils se trouvent vraiment en terre camerounaise,  ils devraient être emprisonnés, au meilleur des cas. De plus, des organismes internationaux déployés dans l’Extrême-nord du Cameroun n’ont pas eu vent de telles informations, eux qui sont censés veiller au respect du droit international humanitaire dans pareille circonstance.

S’il est avĂ©rĂ© que des membres de la secte Boko haram se sont livrĂ©s Ă  l’armĂ©e camerounaise, on en saura certainement plus dans quelques heures.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut