Sport › Football

Michael Ngadeu, le défenseur camerounais à découvrir lors de la CAN

Le joueur du Slavia Prague en RĂ©publique tchèque est l’auteur du but qui a permis aux Lions de remporter la victoire sur la GuinĂ©e Bissau mercredi

Michael Ngadeu-Ngadjui, âgĂ© de 26 ans, forme la dĂ©fense centrale du Cameroun avec Adolphe Teikeu, relĂ©guant sur le banc des remplaçants l’expĂ©rimentĂ© Nicolas Nkoulou. Le sĂ©lectionneur Hugo Broos a fait des choix forts pour cette CAN 2017, pariant sur une gĂ©nĂ©ration de joueurs qui n’avaient pas connu les joutes africaines avec la sĂ©lection camerounaise. Tant Michael Ngadeu qu’Adolphe Teikeu n’affichent que huit matches chacun avec les Lions indomptables.

Michael Ngadeu, qui Ă©volue en première division tchèque au Slavia Prague, a Ă©tĂ© dĂ©cisif face Ă  la GuinĂ©e-Bissau, grâce Ă  son but victorieux, son tout premier en sĂ©lection, mais Ă©galement grâce Ă  son sauvetage sur la ligne, en repoussant un tir du Bissau-GuinĂ©en FrĂ©dĂ©ric Mendy, Ă  un moment de la rencontre oĂą les «Djurtu» auraient pu mener 2-0. Nous sommes allĂ©s dĂ©couvrir le nouveau patron de la dĂ©fense camerounaise, qui symbolise la reconstruction initiĂ©e par l’entraĂ®neur Hugo Broos.

RFI : Vous faites partie des «nouveaux» de cette sĂ©lection. Comment vous sentez-vous au sein de l’Ă©quipe et comment vivez-vous cette première CAN avec le Cameroun?
Effectivement, je fais partie des petits nouveaux de l’Ă©quipe, mais après tout, c’est mon pays et ce sont mes compatriotes. Je me sens super heureux ici et c’est un honneur d’ĂŞtre avec eux Ă  chaque fois que je suis appelĂ© en sĂ©lection. Quant Ă  ma première CAN, c’est quelque chose d’inimaginable. Quand je regarde six ans en arrière, d’oĂą je viens, je me vois encore sortir de la neuvième division allemande. En 2010, j’Ă©tais en Allemagne pour mes Ă©tudes, sept ans plus tard, je joue la Coupe d’Afrique, c’est incroyable, j’en suis mĂŞme Ă©mu. C’est la preuve que le travail bien fait est toujours rĂ©compensĂ©.

C’est un rĂŞve qui s’est rĂ©alisĂ© ? Vous ĂŞtes quand mĂŞme partis des divisions infĂ©rieures allemandes, puis vous avez Ă©tĂ© en Roumanie, maintenant vous ĂŞtes en RĂ©publique tchèque et vous intĂ©grez la sĂ©lection des Lions indomptables…
On va dire que c’est le dĂ©but d’un rĂŞve qui est en train de se rĂ©aliser. Mon plus grand rĂŞve, quand j’Ă©tais adolescent, Ă©tait de jouer au football. J’ai toujours nourri cette passion. J’ai tout mis de mon cĂ´tĂ© pour y arriver. Je me suis battu, j’ai travaillĂ© dur et aujourd’hui je rĂ©colte les fruits de ce dur labeur.

Vous ĂŞtes au sein d’une Ă©quipe qui n’a pas rĂ©ellement de star?
Je pense que ça a facilitĂ© la tâche pour pas mal d’entre nous, pour ceux dont c’est la première CAN, car je ne suis pas l’unique dans ce cas de figure. On a la sensation d’ĂŞtre tous Ă©gaux, d’ĂŞtre sur le mĂŞme piĂ©destal. Quand il y a une star, tout est diffĂ©rent, toutes les camĂ©ras sont braquĂ©es sur lui, tout est centrĂ© autour de lui, mais lĂ  ce n’est pas le cas. On dispose tous des mĂŞmes chances, donc c’est une opportunitĂ© pour moi et pour tous ceux qui sont arrivĂ©s rĂ©cemment en sĂ©lection.

Vous ĂŞtes au sein d’une Ă©quipe qui n’a pas rĂ©ellement de star?


Je pense que ça a facilitĂ© la tâche pour pas mal d’entre nous, pour ceux dont c’est la première CAN, car je ne suis pas l’unique dans ce cas de figure. On a la sensation d’ĂŞtre tous Ă©gaux, d’ĂŞtre sur le mĂŞme piĂ©destal. Quand il y a une star, tout est diffĂ©rent, toutes les camĂ©ras sont braquĂ©es sur lui, tout est centrĂ© autour de lui, mais lĂ  ce n’est pas le cas. On dispose tous des mĂŞmes chances, donc c’est une opportunitĂ© pour moi et pour tous ceux qui sont arrivĂ©s rĂ©cemment en sĂ©lection.

Est-ce que cela vous met de la pression d’occuper la place de titulaire au poste de dĂ©fenseur central, alors que par exemple Nicolas Nkoulou est sur le banc des remplaçants?
Non, je n’ai pas de pression. L’entraĂ®neur a fait ses choix et je les respecte. En tout cas, je respecte Ă©normĂ©ment un joueur comme Nicolas Nkoulou, c’est quelqu’un que j’ai vu jouer et c’est une icĂ´ne du football camerounais. Toutefois, si l’entraĂ®neur me demande de dĂ©buter, je prends l’opportunitĂ© et je fais mon boulot, mais je ne ressens pas de pression.

Cela dĂ©montre que jouer en RĂ©publique tchèque n’est pas un handicap pour se hisser jusqu’Ă  la sĂ©lection camerounaise?
Tout Ă  fait. Pour ĂŞtre appelĂ©, il ne suffit pas de jouer dans tel ou tel championnat. OĂą que tu sois, si tu es camerounais, et si tu disposes des qualitĂ©s requises, tu as des chances de faire partie de l’Ă©quipe nationale du Cameroun. Il n’y a pas que la RĂ©publique tchèque, il y a des joueurs qui Ă©voluent en Slovaquie, en Angola ou mĂŞme au Cameroun. Si tu es dĂ©terminĂ© et que tu as l’amour de la patrie, je suis sĂ»r que tu peux faire partie de la sĂ©lection.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut