Culture › Musique

Cameroun : Reniss revisite les classiques

La jeune chanteuse a repris des chansons comme « Pata Pata », « Sodade » ou encore « Okaman »

Dans son nouvel EP (format musical plus long que celui du single mais plus court qu’un album), la chanteuse s’attaque Ă  des classiques de la musique africaine. Avec grâce, Reniss reprend des voix fĂ©minines africaines entendues Ă  travers les continents. On redĂ©couvre « Zelie » de la diva togolaise des annĂ©es 60. L’interprète de « La sauce », chanson la plus populaire de ce dĂ©but d’annĂ©e, rentre Ă©galement dans la peau de Bebe Manga, de regrettĂ©e mĂ©moire, pour servir un « Mota Benama » parfaitement bien articulĂ©. Sans forcing, la protĂ©gĂ©e de Jovi refait aussi « Okaman » de l’ivoirienne Monique SĂ©ka. Son « Pata Pata », repris avec justesse, rend un vibrant hommage Ă  la sud-africaine Myriam Makeba, tout en restituant le joie et la lĂ©gèretĂ© du moment. Le plus gros dĂ©fi pour la jeune artiste a sans doute Ă©tĂ© de se fondre dans la morna de « Sodade », cĂ©lèbre chanson de la cap-verdienne Cesaria Evora. Reniss raconte alors Ă  sa manière, sans fioritures ni trĂ©molo, l’intense mĂ©lancolie dĂ©crite par cette balade chantĂ©e en crĂ©ole cap-verdien.

Reniss n’a pas cherchĂ© à  rĂ©inventer les chansons de ces grandes voix africaines, ni Ă  rĂ©aliser des prouesses vocales . Elle rend hommage Ă  ces femmes. Tout simplement. C’est d’ailleurs pour cette raison que la sortie de cet EP a eu lieu le 08 mars dernier. Mais, il faut y voir un message Ă  ses fans. L’interprète de « La sauce » dĂ©voile ses sensibilitĂ©s, dessine ses ambitions et, peut-ĂŞtre, revendique ainsi sa vĂ©ritable identitĂ© artistique. En tout cas, Ă  travers ces reprises, la jeune chanteuse confirme son cĂ´tĂ© polyglotte et polyvalent. Elle peut tout chanter. Il sera dĂ©sormais difficile de lui coller une Ă©tiquette.


https://reniss.bandcamp.com/album/reniss-chante-les-classiques

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut