Opinions › Tribune

Négritude ou Fatalité: Qui est Camerounais?

Par Innocent Noé Nloka Madiba

Je suis surpris de constater avec consternation l’hilaritĂ© avec laquelle de nombreux concitoyens se plaisent Ă  s’auto satisfaire de l’appartenance d’une figure populaire du monde aux origines camerounaises. Les africains sont chassĂ©s d’Europe et ailleurs comme des malpropres parce que en situation irrĂ©gulière. Condoleeza Rice camerounaise et puis quoi encore. On se prĂ©pare dĂ©jĂ  Ă  nous imposer d’autres noirs Ă  deux visages. Noirs de peau et blancs de pensĂ©es. Quelqu’un a dit que si tu veux cacher une information Ă  un noir (de peau uniquement) transcrit lĂ  dans un livre. Puisqu’il ne lit pas il ne connaĂ®tra jamais la vĂ©ritĂ©. Or sans la vĂ©ritĂ© nous demeurons esclaves. Esclaves du passĂ©, esclaves des circonstances et esclaves de la pensĂ©e des autres. Etre noir, est ce une raison de ne pas penser le futur ? Le passĂ© n’est -il pas passĂ© ?

Archives sur la traite négrière
Lisa Aubrey est parmi ces noires qui cherchent leurs origines africaines. Elle est professeure d’Ă©tudes africaines et africaines-amĂ©ricaines Ă  l’universitĂ© de l’Arizona. VoilĂ  son commentaire sur la traite nĂ©grière «La recherche actuelle ne considère pas le Cameroun comme un carrefour significatif de la traite nĂ©grière. Nous sommes en train de dĂ©couvrir que cela est complètement faux. De 46.000 dĂ©portĂ©s d’origine camerounaise, nous estimons aujourd’hui leur nombre Ă  68.000. Et c’est un chiffre encore largement sous-estimĂ© quand on pense qu’au moins 32 millions d’Africains ont Ă©tĂ© victimes de la traite transatlantique et transsaharienne.» Il n’ya que le noir africains pire, le Camerounais pour croire en la nouvelle machination des blancs que ces tests ADN ont un autre fondement que l’analyse gĂ©ostratĂ©gique dans la reconquete de l’Afrique. Avant de vous appesantir sur le sujet, rassurez-vous que vous savez oĂą vous avez enterrĂ© les dix premiers chiens que vous avez achetĂ© et qui sont morts de suite de maltraitance.

De SENGHOR Ă  SARKOZY
« L’Ă©motion est nègre, comme la raison hellène». C’est cette Ă©motivitĂ© qui permet de rendre compte de l’originalitĂ© et de la diffĂ©rence du Nègre : « J’ai souvent Ă©crit que l’Ă©motion est nègre. On m’en a fait le reproche. A tort. Je ne vois pas comment rendre compte, autrement, de notre spĂ©cificitĂ©, de cette nĂ©gritude, qui est « l’ensemble des valeurs culturelles du monde noir ». Mais le nègre est Ă©galement rythme et danse : « Il est un ĂŞtre rythmique. C’est le rythme incarnĂ© » ; « Instinctivement ils dansent leur musique, ils dansent leur vie. » Selon l’Ă©poque nous devons reconnaitre que Senghor Ă©tait dans le vrai. Nous sortions de tant de barbarie liĂ©e Ă  la traite nĂ©grière et Ă  la colonisation que la place Ă  la dĂ©tente Ă©tait indiscutable. Aussi souhaiterais-je que des africain et Camerounais en particulier, qu’ils parcourent une fois de plus le discours ambigu de SARKOZY Ă  l’universitĂ© de DAKAR. Moi j’ai apprĂ©ciĂ© ce discours. Les temps changent et nous ne semblons pas nous en rendre compte. Tant ces deux discours sont vrais et correspondent chacun Ă  son Ă©poque. Ils n ya pas place aux regrets dans ce bas monde.

Civilisation et mondialisation
Devrais je rester un ĂŞtre rythmique instinctivement danseur face au nouveau dĂ©fi de l’humanitĂ©. L’instinct s’oppose Ă  la conscience. N’avons-nous pas de conscience ? Ne pourrions-nous pas migrer de l’Ă©motion Ă  la raison. J’ai eu le privilège de passer une semaine dans un pays civilisĂ© et dĂ©veloppĂ©. IsraĂ«l pour ne pas le citer. J’y ai sĂ©journĂ© sept jours mais dès le troisième jour, j’ai compris que ma place n’Ă©tait pas lĂ -bas. J’Ă©tais Ă  un forum agricole qui devait se tenir sur trois jours. Mais dès le premier jour du forum, je me suis rendu compte de l’Ă©cart entre les occidentaux et les africains. Nous aimons avoir de larges routes, des tĂ©lĂ©phones portables, de somptueuses villas et de belles voitures. En avons-nous vĂ©ritablement besoin ? Nous devons donc savoir que nos meilleurs pas de danses et notre hospitalitĂ© africaine internationalement et hypocritement reconnue ne nous conduirons jamais nulle part. Le sous dĂ©veloppement c’est consommer ce qu’on ne sait pas produire. Le dĂ©veloppement c’est produire plus que ce qu’on peut consommer. La civilisation c’est comprendre ce que produire et consommer veulent dire.

Evolution de la population mondiale
Dans une de mes recherches sur internet je me suis interrogĂ© sur le comment l’Afrique pourrait ĂŞtre le continent le plus peuplĂ© Ă  l’horizon 2100 comme je venais de lire. Les indicateurs de croissance sont pourtant contre nous (SIDA, Guerre civile, Maladies, PauvretĂ©, Famine, Taux de mortalitĂ© Ă©levĂ©, EspĂ©rance de vie la plus rĂ©duite.). Et avec tout çà, ce continent serait le plus peuplĂ© en 2100.


J’ai compris finalement que les puissances coloniales avaient de nouveaux plans pour l’Afrique (Course vers les terres arables, pĂ©nĂ©tration chinoise Ă  outrance, subterfuge amĂ©ricain avec leur fameux tests d’ADN) J’ai compris que l’Afrique sera vraiment peuplĂ©e mais sans les Africains.

Cessons de ridiculiser la race. Et tournons nous vers le travail
A quel monde appartenons-nous vraiment ? Avons-nous seulement une place dans ce bas monde. Comment le plus jeune dĂ©putĂ© en France a 22 ans et que ici chez nous c’est l’âge oĂą la plupart d’enfants ne savent pas encore que faire de leur vie. Comment Ă  28 ans Mark Zukerberg a pu sonner la cloche d’ouverture de la plus grande place financière du monde et qu’ici chez nous la plupart des jeunes rĂŞvent seulement de passer un concours pour travailler dans l’administration que tout le monde dĂ©crit comme grippĂ©e dans son fonctionnement. Pendant que les esprits Ă©veillĂ©s rĂ©flĂ©chissent Ă  mieux contrĂ´ler non seulement leur territoire mais aussi le coin le plus reculĂ© de nos villages abandonnĂ©s, nous au Cameroun et en Afrique nous continuons Ă  danser et chanter Ă  l’idĂ©e que Condoleeza Rice soit Camerounaise. On ne nait pas esclaves mais on le devient et on s’accepte esclave. Ce ne sont pas les tyrans qu’il faut craindre mais les tyrannisĂ©s qui n’ont pas l’ambition de devenir martyrs. J’imagine dĂ©jĂ  Condoleeza Rice en visite en grande pompe au Cameroun. Reçue par le PrĂ©sident de la RĂ©publique, le Premier ministre, l’assemblĂ©e Nationale. Ah ! Le très honorable CavayĂ© Djibril est bien originaire du Grand Nord ou encore notre Sultan Mbombo Njoya roi des Bamouns. Une cousine TIKAR (Soit Nordiste soit Bamoun) retrouvĂ©e. Histoire de la fille Prodigue. Danse, sons, Rythmes et en pareil circonstance, Ă©change de dons et promesses. Une poignĂ©e de dollars contre des portions illimitĂ©es de terre pour les amĂ©ricains au nom de notre fille retrouvĂ©e. La diplomatie du dollar des annĂ©es 1800 est toujours en place mais la politique du big stick a Ă©tĂ© transformĂ©e en une sorte IntĂ©lligentsia propre aux illuminatifs. Le contrĂ´le de l’Afrique est en train d’Ă©chapper au français. Mais si ce ne sont pas les chinois, ce seront les amĂ©ricains qui vont le rĂ©cupĂ©rer.

Pauvres Noirs. N’est ce probablement pas une fatalitĂ© ?

Innocent Noé Nloka Madiba

Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut