› Eco et Business

Ngaoundéré: La Directrice générale des douanes en campagne publicitaire

Madame Libom Li Likeng lors d’une visite de travail le 19 septembre dernier a prĂ©sentĂ© son nouveau produit «NEXUS +»

La visite de travail de la directrice gĂ©nĂ©rale des douanes (DGD) camerounaises dans le septentrion s’est achevĂ©e le mercredi 19 septembre dernier. Après l’Ă©tape de la rĂ©gion du Nord le 18 septembre, qui l’a conduit Ă  Touboro vers la frontière Cameroun/Tchad/RCA, Mme Libom Li Likeng Minette a achevĂ© son pĂ©riple par la rĂ©gion de l’Adamaoua. Le but de la visitĂ© l’a-t-elle rappelĂ© : « Ă©tait de venir Ă©valuer le niveau d’appropriation de Nexus par le personnel de la douane de l’Adamaoua, parce que la plate-forme de NgaoundĂ©rĂ© est très importante au niveau des transits. 80% des marchandises partent de Douala et transitent par rail au niveau de NgaoundĂ©rĂ©. Je suis donc venue Ă  NgaoundĂ©rĂ© pour m’assurer que tous les acteurs se sont appropriĂ©s de Nexus… qui est un mĂ©canisme de facilitation et de sĂ©curisation des marchandises ». Une Ă©valuation qui cachait Ă  peine les raisons premières de sa prĂ©sence qui consistait surtout Ă  porter Ă  la connaissance de ses partenaires la version revue et corrigĂ©e de Nexus : « Nexus + ».

Au cours de la sĂ©ance de travail, la DGD a rencontrĂ© des partenaires de la douane, recensĂ©s dans la plate-forme ferroviaire de la gare de NgaoundĂ©rĂ©. Il s’agissait entre autre des responsables de BollorĂ© Africa Logistic, du Bureau GĂ©nĂ©ral du Fret (Bgf), du Bureau National du Fret Tchadien (Bnft) et des reprĂ©sentants des syndicats des transporteurs camerounais et tchadiens. Dans un Ă©change franc avec l’hĂ´te du jour, ils ont Ă©pluchĂ© les difficultĂ©s auxquelles ils font face sur le corridor Douala-Ndjamena et Douala-Bangui. Des fraudes rĂ©currentes, tout comme des barrières illĂ©gales sont toujours perceptibles entre NgaoundĂ©rĂ© et les destinations finales des marchandises en transit. Par ailleurs, nombreux sont des actes de corruption. Pis encore, on note l’intervention de certains agents publics de l’Etat en intermĂ©diaire entre les opĂ©rateurs Ă©conomiques et les services partenaires de la douane. Ce qui constitue un manque Ă  gagner Ă©norme Ă  l’administration douanière et freine l’activitĂ© des camionneurs et des opĂ©rateurs Ă©conomiques en terme de pertes de temps et du coĂ»t du transport des marchandises. Une situation que Mme Libom Li Likeng Minette, entend corriger Ă  travers le nouveau système, version revue NEXUS, le dispositif de suivi par gĂ©o localisation des marchandises en transit, mis en place depuis AoĂ»t 2009 aux cotĂ©s de l’expĂ©rience du GPS. Ceci dans l’optique de pallier aux bĂ©mols des dĂ©lais de transit anormalement longs, la durĂ©e excessive d’immobilisation des cautions, le dĂ©versement frauduleux des marchandises en transit sur le territoire national, la multiplication des barrières de contrĂ´les routiers sur le corridor, la dĂ©perdition des recettes douanières et le vacillement de l’Ă©conomie nationale. Face Ă  la persistance du mal, Nexus dans son amĂ©lioration, rebaptisĂ© « Nexus + » est selon la douane camerounaise le remède adĂ©quat pour enrailler toutes les souillures jusqu’ici rebelles dans le secteur douanier. « Nexus + » prĂ©sente des avantages tels la diminution du coĂ»t de transit par la rĂ©duction des dĂ©lais de libĂ©ration des cautions (48 heures maximum dès le franchissement de la frontière contre 30 jours voire un an par le passĂ© Ndlr); la circonscription progressive de certains courants de contrebande Ă  travers la disparition des opĂ©rateurs moins sĂ©rieux ; la rĂ©duction des dĂ©lais d’acheminement des marchandises qui passent de 30-60 jours Ă  moins de 10jours ; le suivi rotatif des balises GPS devient dĂ©sormais automatisĂ© etc.

Ce dispositif permettra Ă  la douane camerounaise d’engranger d’importantes avancĂ©es, notamment assurer en temps rĂ©el le suivi des marchandises en transit le long du corridor Douala-NdjamĂ©na et de partager l’information sur les voyages (identification des cargaisons, report des alertes, collecte des statistiques, maĂ®trise des incidents survenus le long du parcours et mise sur pied d’un système d’intervention rapide avec les administrations douanières des pays destinataires des marchandises. Le nouveau système Nexus+ qui requiert une grande capacitĂ© Ă  l’utilisation de l’outil informatique a amenĂ© le chef de la douane camerounaise Ă  promettre des sĂ©ances de formation ouverte en mĂŞme temps au personnel de ce secteur qu’aux partenaires qui pourront Ă  partir de leurs connaissances propres suivre le mouvement de leurs marchandises. Ces formations dĂ©buteront dès les premiers jours du mois d’octobre.


Minette Libom Li Likeng, directrice générale des douanes, le 19 septembre 2012 à Ngaoundéré

Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut