Opinions › Tribune

Paul Biya pleure Mohamed Ali et oublie toujours Anne-Marie Nzié

Par Abdelaziz Mounde

« Monsieur le PrĂ©sident, j’ai appris avec Ă©motion, le dĂ©cès de Monsieur Mohammed Ali, ex-champion de Boxe, survenu Ă  Phoenix des suites de maladie. Je salue la mĂ©moire de cette lĂ©gende du noble art qui aura su marquer son Ă©poque par son style.

En cette douloureuse circonstance, je tiens Ă  vous adresser, ainsi qu’Ă  la famille de Monsieur Mohammed Ali endeuillĂ©e, mes sincères condolĂ©ances.

Veuillez agrĂ©er Monsieur le PrĂ©sident, l’assurance renouvelĂ©e de ma très haute considĂ©ration », a Ă©crit le prĂ©sident Paul Biya Ă  son homologue amĂ©ricain Barack Obama.

Quel que soit le respect, l’importance et la dimension de personnalitĂ©s de la trempe du grand Mohamed Ali, Ă  qui nous avons tous rendu hommage, le devoir d’un chef d’État est d’abord de balayer devant sa porte, s’occuper de la mĂ©moire des grandes figures de son pays.

Il est trop facile de surfer sur une notoriĂ©tĂ© Ă©vidente. Et Ă  ce sujet, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout ? Le prĂ©sident Kabila Ă  qui Paul Biya a adressĂ© des condolĂ©ances au sujet de Papa Wemba a accueilli sa dĂ©pouille au Palais du Peuple. Et nous ?


Sur le mĂŞme sujet : Quelqu’un peut-il souffler au couple Biya que Anne-Marie NziĂ© est morte?


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut