Société › Kiosque

Politique et polémiques en couverture des journaux camerounais

L’expertise d’IsraĂ«l sur le système national de l’Ă©tat civil et le recouvrement des crĂ©ances de la Camtel sont quelques-uns des sujets abordĂ©s par la presse ce jeudi

Les journaux camerounais parus jeudi, 29 septembre 2016, se sont essentiellement penchés sur des sujets à caractère politique, mais également sur des aspects politiques de la vie nationale.

Le quotidien Ă  capitaux privĂ©s Mutations s’est, dans un dossier de 4 pages, penchĂ© sur la 1ème annĂ©e de l’Ă©quipe gouvernementale. A ce propos, il note que depuis le 2 octobre 2015, sur fond de «sursaut encadré», le Premier ministre, Philemon Yang, tente de reprendre la main sur l’action de l’exĂ©cutif mais ne dispose pas toujours de toutes les clĂ©s de la coordination de son Ă©quipe.

Dans les colonnes de Cameroon Tribune, c’est IsraĂ«l qui propose son expertise pour l’informatisation du système national de l’Ă©tat civil.

Cette offre, qui vient d’ĂŞtre proposĂ©e par NIP Global Limited, fleuron de l’ingĂ©niositĂ© israĂ©lienne en matière des systèmes informatiques, vise Ă  opĂ©rer le recensement des naissances, dĂ©cès et mariages issus de 2700 centres principaux et secondaires d’Ă©tat-civil du pays et de partager ces informations avec les principaux organes Ă©tatiques de planification.

Le dispositif proposĂ© pourrait par ailleurs faciliter l’enregistrement rapide des informations liĂ©es Ă  l’Ă©tat civil et dĂ©livrer des numĂ©ros d’identitĂ© aux personnes enrĂ´lĂ©es, avec pour objectif de rayer toute duplication et information frauduleuse dans le système, de contrĂ´ler les migrations des citoyens et de promouvoir leur citoyennetĂ©.

De retour après une longue suspension par le Conseil national de la communication (CNC), l’hebdomadaire Le Renard dresse la liste des «mauvais clients» de la Cameroon Telecommunications (Camtel), l’opĂ©rateur public du secteur qui vient d’engager une «opĂ©ration coup de poing» visant le recouvrement forcĂ© de ses crĂ©ances qui se chiffrent Ă  plusieurs milliards FCFA.

Sauf que, constate Le Jour, les créances querellées sont remises en cause par les présumés «mauvais payeurs».

Parmi ceux-ci, le journal brandit le cas de la SociĂ©tĂ© de presse et d’Ă©dition (Sopecam), Ă©ditrice de Cameroon Tribune et qui conteste la dette de 1 milliard FCFA pour, au contraire, affirmer que c’est la CAMETL qui lui est redevable de quelque 512 millions FCFA au titre des insertions publicitaires.


Un autre sujet qui fâche est Ă©galement traitĂ© par cette publication : Ă  51 jours du coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football dames, rien n’est encore dit au sujet du montant des primes auxquelles les joueuses de l’Ă©quipe du Cameroun auront droit.

L’autre question prĂ©occupante, insiste Le Jour, concerne les encadreurs puisque, en dehors des entraĂ®neurs et des membres du staff mĂ©dical, un flou persiste sur le statut des autres personnes qui ne perçoivent pas de primes.

Dans Le Quotidien de l’Economie, ce sont les transporteurs routiers qui annoncent une grève pour le 3 octobre sur l’ensemble du territoire national.

Les futurs grĂ©vistes sont courroucĂ©s par une dĂ©cision du ministère des Finances portant augmentation des tarifs des primes d’assurance, qui a pris effet depuis le 1er septembre dernier, une mesure non encadrĂ©e par des mesures d’accompagnement, alors qu’aucune Ă©tude d’impact environnemental n’a pas Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut