Politique › Partis politique

Problème anglophone: John Fru Ndi parle d’abus sur les populations

Ni John Fru Ndi, président du SDF, principal parti de l'opposition au Cameroun (Droits réservés)

Le leader du principal parti de l’opposition l’a déclaré mercredi sur la télévision publique nationale alors qu’il était invité au palais de l’Unité pour l’hommage aux Lions indomptables

Ni John Fru Ndi, le leader du Social Democratic Front (SDF), principal parti de l’opposition camerounaise, a dénoncé mercredi, durant la réception offerte aux Lions indomptables par le chef d’Etat camerounais, des exactions commises par les forces de l’ordre « vêtues de masques » sur les populations établies dans les zones anglophones du pays.

Cette déclaration de celui que la presse locale appelle « Chairman » pour la fermeté attribuée à son leadership intervient au moment où des sources établies dans la ville de Bamenda confirment la présence des patrouilles militaires sillonnant les rues.

Toujours dans ses propos, John Fru Ndi a déclaré que le sport, notamment les succès sportifs, ne devraient pas faire l’objet d’une récupération politique.


Le président du SDF a précisé qu’il était au palais de l’Unité non seulement pour féliciter les Lions indomptables suite au succès obtenu à la Coupe d’Afrique des Nations de football 2017, mais aussi pour demander au chef de l’Etat de faire « quelque chose » par rapport à la crise qui perdure dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest depuis le mois de novembre 2016.

A l’origine de cette crise: des revendications corporatives des magistrats qui se sont vite étendues à celles des enseignants de cette zone réfractaire à la gestion du président Biya et qui exigent comme principale solution: l’instauration d’un Etat fédéral.

En rappel, avant l’institution d’un Etat unitaire en 1972, le Cameroun Ă©tait un État fĂ©dĂ©ral, composĂ© de deux États fĂ©dĂ©rĂ©s que furent le Cameroun occidental dominĂ© par une population anglophone et le Cameroun oriental Ă  forte population francophone.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut