Opinions › Tribune

Procès de Laurent Gbagbo: la chronique d’un meurtre annoncĂ©

Par Calixthe Beyala

Près de dix ans pour juger un homme. C’est beaucoup trop si nous tenons compte de l’espĂ©rance de vie d’un ĂŞtre humain.

En effet, après 5 ans d’emprisonnement, la CPI prĂ©tend qu’il lui faudrait un peu plus de quatre ans encore pour juger Laurent Gbagbo.

Il s’avère que cinq ans c’est dĂ©jĂ  beaucoup. En cinq ans, cette cour a eu largement le temps d’instruire cette affaire. Elle ne l’a pas fait, manque de preuve sur la culpabilitĂ© de l’ancien chef d’État ivoirien.

Comment expliquer au monde qu’on puisse garder un homme en prison dix ans sans le juger ? Dans quel Ă©tat mental et physique cette personne s’en sortira-t-elle ? Admettons qu’elle soit innocente comment faire pour lui rendre ces annĂ©es perdues ?

C’est proprement scandaleux. C’est un meurtre social, physique et psychologique qui ne dit pas son nom. C’est une mise Ă  mort Ă  la manière de leurs frappes chirurgicales dont eux seuls ont le secret…


Non, il ne faut pas dix ans pour dĂ©cider de la culpabilitĂ© ou de l’innocence d’un homme. C’est une farce… Un assassinat qui se refuse de porter son Ă©tiquette. C’est la chronique d’un meurtre annoncĂ©.

Calixthe Beyala.

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut