› Santé

Prolifération des moustiques : attention à l’hygiène

Dans certains quartiers de la ville de Yaoundé, les maisons d'habitation tutoient des tas d'immondices. ©Droits réservés

Responsables de la transmission du paludisme, ces bestioles s’épanouissent dans des environnements insalubres. Certains comportements favorisent également la prolifération des moustiques.

Le Cameroun fait partie des pays d’Afrique subsaharienne les plus touchés par le paludisme. Cette situation est, en partie, due à son climat chaud et humide, mais aussi à des habitudes susceptibles de favoriser la prolifération des moustiques, particulièrement de l’anophèle femelle, agent vecteur de la maladie.

L’insalubrité dans et autour des maisons d’habitation est, par exemple, une niche pour les moustiques. Il est recommandé (surtout en saison pluvieuse) de vider les poubelles ; de se débarrasser des conserves inutilisées et des déchets plastiques ; de veiller à la bonne évacuation des eaux usées, des fosses, des rigoles, des marécages et de couper les herbes avoisinant les lieux d’habitation ou de travail, afin qu’ils ne soient pas ou plus des nids de moustiques.

Avec l’arrivée des pluies, si les ordures ménagères ne sont pas vidées au bon endroit et loin des habitations, elles représentent un facteur aggravant à l’invasion des moustiques dans certains quartiers. Eviter les zones marécageuses et assainir son lieu d’habitation ne suffisent cependant pas à tordre le cou aux moustiques et donc au paludisme.


Il est par ailleurs conseillé de faire bon usage des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA) et d’utiliser des produits répulsifs, encore appelés insecticides, surtout si les moustiques sont trop envahissants.

Fermer volets et portes avant la tombée de la nuit ou mieux, installer des écrans grillagés pour portes et fenêtres font également partie des dispositions à prendre pour faire reculer au maximum le paludisme, encore appelée malaria.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut