Eco et Business › Finance

Une promesse de 190 milliards de F pour le transport au Cameroun

Le prĂŞt consenti par la Bird permettra de renforcer la sĂ©curitĂ© et l’efficacitĂ© des transports sur l’axe Babadjou-Bamenda, deux communes situĂ©es Ă  l’Ouest et au Nord-Ouest du pays.

La Banque internationale pour la reconstruction et le dĂ©veloppement (BIRD) va accorder un crĂ©dit de plusieurs milliards de FCFA Ă  l’Etat du Cameroun. EstimĂ©e Ă  190 milliards de FCFA, cette enveloppe est destinĂ©e au financement de projets de dĂ©veloppement notamment dans le secteur des transports. Il s’agit concrètement de renforcer la sĂ©curitĂ© et l’efficacitĂ© des transports sur l’axe Babadjou-Bamenda, deux communes situĂ©es respectivement Ă  l’Ouest et au Nord-Ouest du pays. Il est prĂ©vu Ă©galement d’accroĂ®tre la sĂ©curitĂ© dans  les aĂ©roports de  YaoundĂ©, Douala, Garoua et Maroua. ValidĂ© en fin octobre par le conseil des administrateurs de la Banque mondiale (BM), ce prĂŞt va Ă©galement bĂ©nĂ©ficier Ă  d’autres projets futurs du pays.

Un accord y relatif a Ă©tĂ© signĂ© Ă  Washigton jeudi, 20 avril 2017, par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’AmĂ©nagement du territoire (Minepat) pour la partie camerounaise.

Le Cameroun a obtenu en 2014 le statut de pays Ă  financement mixte. Une rĂ©glementation qui lui permet de bĂ©nĂ©ficier du guichet de financement concessionnel de la BM et des prĂŞts d’autres banques dont la BIRD qui vient ainsi de rĂ©aliser sa première opĂ©ration du genre au Cameroun depuis 1992. Entre temps, d’autres institutions financières comme la Banque africaine de dĂ©veloppement (BAD) et la Banque de dĂ©veloppement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) ont beaucoup investi au Cameroun dans le domaine des transports. En effet, ce prĂ©sent projet de la BIRD vient complĂ©ter un financement de 200 millions de dollars amĂ©ricains de la BAD et de la BDEAC. Une enveloppe destinĂ©e Ă  rĂ©nover un tronçon de 241,2 kilomètres entre Yaoundé et Bafoussam, chef-lieu de la rĂ©gion situĂ© Ă  l’ouest du pays.

De plus en plus d’investisseurs dans le secteur


Au Cameroun, le secteur des transports est vital pour l’Ă©conomie nationale. Il reprĂ©sente de nombreux enjeux Ă©conomiques et sociaux. Il est pourvoyeur d’emploi et attire de plus en plus les investisseurs Ă©trangers. Au mois de fĂ©vrier dernier, le financement d’un consortium portugais estimĂ© Ă  13 milliards de francs Fcfa sur une pĂ©riode de 10 ans a permis le dĂ©marrage des activitĂ©s de la sociĂ©tĂ© de transports et Ă©quipements collectifs de YaoundĂ© (Stecy SA). Une nouvelle sociĂ©tĂ© qui roule sur les cendres de la dĂ©funte compagnie de transport terrestre «Le Bus» en faillite. Une dynamique dans la foulĂ©e du programme volontariste de dĂ©veloppement Ă  long terme du Cameroun.

«Convaincu du rĂ´le moteur des infrastructures dans la facilitation des Ă©changes et la promotion d’une croissance forte et durable par la compĂ©titivitĂ© que leur bonne qualitĂ© gĂ©nère, le gouvernement Camerounais entend, dans le cadre de la Vision 2035, investir massivement dans les infrastructures routières», souligne la Banque africaine de dĂ©veloppement.

Pour preuve, il est prĂ©vu de rĂ©habiliter 200 km de routes bitumĂ©es par an d’ici 2020. L’objectif ? AmĂ©liorer substantiellement le taux d’accès aux infrastructures en gĂ©nĂ©rant une offre qui anticipe la demande.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut