International › AFP

RDC: nouvelle Ă©vasion, plusieurs dizaines de dĂ©tenus s’Ă©chappent

Plusieurs dizaines de dĂ©tenus se sont Ă©chappĂ©s d’une prison situĂ©e au sud-ouest de Kinshasa dans la nuit de jeudi Ă  vendredi, moins de 48 heures après une spectaculaire Ă©vasion dans la capitale congolaise, selon des sources concordantes.

« Sur les 74 dĂ©tenus que comptait la vĂ©tuste prison de Kasangulu, 68 se sont Ă©vadĂ©s » vers 01h00 du matin, a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Jean-Claude Vuemba, dĂ©putĂ© de cette citĂ© rurale de la province du Kongo-central situĂ©e Ă  environ 40 km au sud-ouest de la capitale.

Dix d’entre eux ont ensuite Ă©tĂ© « rĂ©cupĂ©rĂ©s », a prĂ©cisĂ© cet Ă©lu d’opposition, dĂ©nonçant les conditions de vie des dĂ©tenus. « Ils n’ont pas Ă  manger, les malades ne sont pas soignĂ©s ».

Jointe plus tĂ´t dans la matinĂ©e, une militante locale d’une ONG de dĂ©fense des droits de l’Homme avait dĂ©clarĂ© avoir « visitĂ© la prison avec les autoritĂ©s ». « Nous avons vu seulement quatre personnes dont deux femmes », avait-elle dit.

Selon cette militante et M. Vuemba, aucun mort ou blessĂ© n’a Ă©tĂ© signalĂ©.

InterrogĂ© par l’AFP, le porte-parole de la police nationale a seulement indiquĂ© que des enquĂŞteurs avaient Ă©tĂ© envoyĂ©s de Kinshasa pour s’enquĂ©rir de la situation sur place.

Mercredi matin avant l’aube, la prison centrale de Makala, Ă  Kinshasa, a Ă©tĂ© attaquĂ©e dans des circonstances non Ă©lucidĂ©es, provoquant une Ă©vasion massive de dĂ©tenus.


Alors que certaines source Ă©voquent la fuite de plus de 4.000 personnes (soit environ la moitiĂ© des effectifs de cette prison très largement surpeuplĂ©e), les autoritĂ©s n’ont fourni aucun bilan sur cet incident dans lequel au moins huit personnes ont trouvĂ© la mort, selon une source officielle.

Le gouvernement a accusĂ© les adeptes de Bundu Dia Kongo (BDK, « Royaume du Kongo » en kikongo), un mouvement politico-religieux sĂ©cessionniste, d’ĂŞtre responsables de l’assaut contre le pĂ©nitencier, qui a conduit Ă  l’Ă©vasion de leur chef, Ne Muanda Nsemi.

DĂ©putĂ© de Kinshasa, Ne Muanda Nsemi est originaire du Kongo-central. Son mouvement est accusĂ© d’une sĂ©rie d’attaques contre des symboles et des reprĂ©sentants de l’État au dĂ©but de l’annĂ©e dans cette province.

Il avait été arrêté début mars après avoir appelé à un soulèvement contre le président Joseph Kabila, dont le mandat est échu depuis décembre, mais qui se maintient à son poste dans un climat de tension politique exacerbée par une recrudescences des troubles dans plusieurs provinces du pays.

M. Vuemba appelle néanmoins a ne pas dresser un parallèle trop rapide entre les évasions de Kinshasa et celles de Kasangulu.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut