Culture › Musique

Rencontre avec Clyde Wright du Golden Gate Quartet

Parrain du gospel et du negro spiritual en Europe, cette voix extraordinaire a chanté aux quatre coins de la planète et sur toutes les grandes scènes

Il a chantĂ© aux quatre coins de la planète et sur toutes les grandes scènes. C’est une voix extraordinaire. Ce parrain du gospel et du negro spiritual en Europe a un sens de l’humour extraordinaire, il dĂ©borde d’amour et de joie, il s’appelle Clyde Wright et c’est un privilège de le rencontrer.

Que vous dites-nous de vous-mĂŞme ?
Clyde Wright : Que du haut de mes quatre-vingt huit ans, je fais partie de l’âme du Golden Gate Quartet. Je chante le premier tĂ©nor, le deuxième tĂ©nor et baryton, j’ai trois voix, et j’ai chantĂ© depuis 1953 avec mes anciens copains, jusqu’Ă  ce jour. Malheureusement, tous ces copains sont dĂ©cĂ©dĂ©s. Je suis le seul du groupe toujours en vie. Nous avons fait je ne sais plus combien de fois le tour du monde dans nos tournĂ©es.

Mais vous restez pur et gardez votre originalité au sein de toutes les tendances nouvelles qui se font jour !
Vous savez, je suis dans l’ambiance des Ă©glises aux Etats-Unis. La première chose que j’ai apprise dès l’âge de trois ans fut de chanter les musiques religieuses, et dĂ©jĂ , j’entendais parler du Golden Gate Quartet et de diffĂ©rents groupes. Je continue de chanter les mĂŞmes choses. Nous chantions diffĂ©rents styles, mais surtout le negro spiritual. Nous avons crĂ©Ă© notre style Ă  nous, et l’avons exportĂ© dans le monde entier, en IsraĂ«l, en Egypte, et nous sommes restĂ©s en France… HĂ©las, j’ai perdu mes copains.

Il y a plein de nouvelles tendances en effet, de nouveaux styles ; tenez, un chanteur comme MichaĂ«l Jackson! Je connais bien la famille. Son père Ă©tait un bon fan de notre groupe. On se rencontrait Ă  Chicago, et il a formĂ© son groupe en rĂ©fĂ©rence Ă  notre style, mais dans la musique populaire. Il y a de nouveaux artistes du gospel avec de nouvelles tendances, ce n’est plus tout Ă  fait la mĂŞme chose qu’il y a cinquante ou soixante ans.

Vous aimez insister sur la base africaine de vos rythmes et sonorités spirituelles !
Le negro spiritual est une musique qui vient de l’esclavage. Ce rythme est nĂ© dans les Ă©glises au sud des Etats Unis, mais l’origine en est africaine; les Noirs sont venus avec ces rythmes d’Afrique, quand ils ont Ă©tĂ© emmenĂ©s contre leur volontĂ© pour travailler dans les champs de coton. Ce sont ces rythmes qui sont Ă  la base des negro spirituals. Ils sont Ă  la base de toutes les autres musiques noires amĂ©ricaines, tout cela vient d’Afrique.

A propos de votre actualité artistique ?


Je viens justement de sortir un single qui parle de mon hĂ©ritage musical «Tribute to Clyde » (after the Golden Gate Quartet – from slavery to PrĂ©sident of the USA) avec un producteur français, Fred Martin. Il me suit depuis longtemps et a retracĂ© dans ce single mon parcours artistique. C’est un grand honneur qui me fait plaisir. Le gospel a toujours la mĂŞme place, le mĂŞme sens, les mĂŞmes valeurs, c’est certain. C’est l’âme et l’arme spirituelle des Noirs, qui est nĂ©e au sud des Etats-Unis. Par contre les façons de l’interprĂ©ter sont diffĂ©rentes, elles changent et Ă©voluent comme toute chose, mais le fondement reste le mĂŞme. Le gospel reste le gospel, comme la parole de Dieu, comme la foi et la croyance.

Quelles sont vos perspectives ?
De mauvaise choses se passent dans le monde actuellement, comme les attentats dans les Ă©glises, si bien que les gens ont peur d’aller y assister aux concerts, et les organisateurs traĂ®nent les pieds. Mais, tant que je serai en vie, je continuerai de chanter le gospel, ça c’est certain. Le gospel, c’est ma vie, et le gospel vivra toujours.

Le mot de la fin ?
J’ai eu le privilège de faire des tournĂ©es dans presque tous les pays d’Afrique, et les Africaines m’ont vraiment positivement marquĂ©. Je me souviens particulièrement, Ă  l’issue d’un concert en Afrique centrale, avec Sylvie Vartan. Nous avons Ă©tĂ© invitĂ©s par des dames Ă  discuter, dĂ®ner et danser. J’ai appris beaucoup de choses fondamentales sur mes racines, car je suis AmĂ©ricain certes, mais noir d’origine africaine. Aucune femme au monde n’est plus belle que ces Africaines. J’espère retourner faire une tournĂ©e lĂ -bas, c’est mon rĂŞve.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut