Santé › Conseils pratiques

Sida: Le Cameroun prĂ©sentĂ© comme l’origine de toutes les souches

Deux des quatre variantes du virus du Sida proviennent de gorilles du sud-ouest du Cameroun, a dĂ©terminĂ© une Ă©quipe internationale de chercheurs dont les travaux viennent d’ĂŞtre publiĂ©s

Deux des quatre variantes du virus du Sida proviennent de gorilles du sud-ouest du Cameroun, a dĂ©terminĂ© une Ă©quipe internationale de chercheurs dont les travaux viennent d’ĂŞtre publiĂ©s dans PNAS. Ainsi, les origines de toutes les souches virales de l’infection chez l’homme sont dĂ©sormais Ă©lucidĂ©es.

Les chimpanzĂ©s du Cameroun, Ă  l’origine de la pandĂ©mie du Sida
GROUPES. Il existe deux types de Virus de l’immunodĂ©ficience humaine (VIH) : le VIH-1 et le VIH-2. Le VIH-1 se compose de quatre groupes (M, N, O et P), chacun ayant une origine propre qui a rĂ©sultĂ© d’une transmission du singe Ă  l’homme Ă  au moins quatre occasions. Alors que l’origine simienne des groupe M et N, en fait des chimpanzĂ©s du Cameroun (en particulier la sous-espèce Pan troglodytes troglodytes), avait Ă©tĂ© identifiĂ©e il y a plusieurs annĂ©es, le rĂ©servoir des groupes O et P restait jusqu’alors inconnu, prĂ©cisent les chercheurs dans leur Ă©tude.

Le groupe M du VIH-1, la souche la plus rĂ©pandue, est responsable de la pandĂ©mie de Sida (99 % des infections sur un total de 75 millions). Alors que le groupe P n’a Ă©tĂ© dĂ©tectĂ© que chez deux individus jusqu’Ă  prĂ©sent, le groupe O a pu se propager chez les humains dans plusieurs pays en Afrique centrale et occidentale. On estime qu’il a infectĂ© près de 100.000 personnes. Cette dĂ©couverte a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e Ă  partir d’analyses gĂ©nĂ©tiques de dĂ©jections de chimpanzĂ©s et de gorilles du Cameroun, du Gabon, de la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo et d’Ouganda (voir carte ci-dessous).


Ryan E. Poplin Creative Commons Attribution ShareAlike 2.0 License.)/n

Mieux Ă©valuer les risques futurs pour les populations humaines
« Cette Ă©tude montre que, comme les virus de l’immunodĂ©ficience simienne (SIV) infectant des chimpanzĂ©s, ceux des gorilles sont aussi capables de traverser la barrière des espèces et peuvent provoquer des Ă©pidĂ©mies », a expliquĂ© Martine Peeters, virologue Ă  l’Institut français pour la recherche et le dĂ©veloppement (IRD) et de l’universitĂ© de Montpellier. « Ces travaux permettent de mieux comprendre l’origine de cette maladie, et de mieux Ă©valuer les risques futurs pour les populations humaines », a-t-elle ajoutĂ©.

TRANSMISSION. Le VIH est donc issu d’une transmission du virus de l’immunodĂ©ficience simienne (VIS) infectant naturellement les grands singes du sud du Cameroun. Il aurait franchi la barrière des espèces lors de chasses, par des morsures d’un singe infectĂ©, par des Ă©corchures lors du dĂ©peçage de ces animaux, ou lors de la consommation de viande de brousse, survenus probablement dans les annĂ©es 1940, prĂ©cisent ces chercheurs. De nombreux facteurs interviennent ensuite dans sa propagation. Les bouleversements liĂ©s aux migrations, Ă  l’urbanisation massive, aux pratiques de mĂ©decine de masse (aiguilles non stĂ©riles) sont autant de co-facteurs Ă  l’origine de la diffusion Ă©pidĂ©mique actuelle.

Répartition géographique des gorilles infectés par le SIV (cercles rouges) parmi les gorilles sauvages (cercles blancs et gris). © Martine Peeters / PNAS

sciencesetavenir.fr)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut