Personnalités › Success Story

Sita Bella : Journaliste et touche Ă  tout

A l’occasion de la cĂ©lĂ©bration de la femme, Journalducameroun.com ressuscite des exploits de camerounaises dont les combats et les rĂ©ussites ont surpris autant qu’ils ont  changĂ© le cours de l’histoire du genre. En plus d’avoir Ă©tĂ© journaliste, Sita Bella a Ă©tĂ© pilote, rĂ©alisatrice, mannequin, entre autres

Le souvenir significatif de ce qui reste de cette érudite est la salle de projection portant son nom au ministère de la Communication du Cameroun. Sita Bella (Thérèse Mbida Bella de son vrai nom), bout de femme en avance sur son temps,  a embrassé le monde de toute la passion qui émanait d’elle. Elle aura été journaliste, -la première à exercer ce métier au Cameroun- pilote (première femme aussi), cameraman (le mot n’avait pas été pensé pour les femmes), réalisatrice et tant d’autres choses à la fois. Avec tout ça, il lui restait assez de charme et de féminité pour effectuer une carrière de mannequin professionnel. Tout ça à une époque où la femme n’était bonne que pour les casseroles. Née le 27 février 1933, Thérèse Sita-Bella obtient  son baccalauréat à Yaoundé dans les années 50. Elle s’envole ensuite pour Paris poursuivre ses études. C’est là-bas qu’elle développe un intérêt pour le journalisme et le cinéma. Elle aurait pu y rester. Mais l’appel de la terre, trop fort pour elle, l’a ramenée au Cameroun. C’est dans son pays qu’elle décide de déployer ses ailes. C’est comme cela qu’elle rentre dans l’histoire. En retroussant ses manches et affirmant sa personnalité, en tordant les préjugés sur la place de la femme.  Sita Bella est morte en 2006, alors qu’elle préparait la sortie d’un livre.

Prochain article: Julienne Honorine Eyenga Ayissi


 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut