Santé › Actualité

Le Symec critique les affectations de médecins décidées par le Minsanté

©Droits réservés

L’organisation estime que l’affectation des spécialistes dans des zones de santé reculées est de nature à les empêcher d’accomplir au mieux leurs obligations professionnelles.

Un texte railleur pour critiquer une décision ministérielle. C’est l’exercice auquel s’est livré, il y a quelques heures, le Syndicat national des médecins du Cameroun (Symec) au sujet de la décision du ministre de la Santé, d’affecter certains médecins spécialistes dans des zones reculées. Pour ladite organisation, André Mama Fouda «se trompe sur tous les fronts» en enlevant des spécialistes des hôpitaux offrant des conditions «propices» à leur travail pour les envoyer dans des centres médicaux «où ils seraient en chômage permanent».

«Mama Fouda retire les mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes les plus adaptĂ©s pour travailler dans les centres mĂ©dicaux et les remplace par des mĂ©decins spĂ©cialistes qui ne peuvent plus effectuer les activitĂ©s menĂ©es dans ces centres. Les mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes au Cameroun effectuent des accouchements, des interventions chirurgicales basiques telles que l’appendicectomie, la rĂ©paration de la hernie, la cĂ©sarienne d’urgence, etc. Les mĂ©decins spĂ©cialistes ne feraient pas ces actes et la population en supporterait le fardeau. En outre, qu’est-ce qu’un neurologiste a Ă  faire avec la surveillance de la distribution de vermifuges et de moustiquaires dans les communautĂ©s?» s’interroge Ă© le Dr Chobufo Ditah dans un post sur la page Facebook du Symec.

« Nous n’allons pas rejoindre nos lieux d’affectations parce que nous disons que ces affectations ne respectent ni le mĂ©decin, ni le malade. Elles ne respectent pas non plus l’organigramme du ministère de la santĂ© publique », a indiquĂ© le prĂ©sident du Symec, le Dr Yves Bassong, qui rĂ©clame par ailleurs le limogeage du MinsantĂ©.

Cette dernière exigence a trouvĂ© l’assentiment de la Centrale syndicale du secteur public, qui, par le biais de son prĂ©sident, Jean Marc Bikoko, a manifestĂ© dimanche son projet d’écrire une lettre y relative au  Premier ministre Philemon Yang. «Le ministre Mama Fouda vient de commettre un impair. Et pour la centrale syndicale du secteur public, demain 16 mai 2017, nous envoyons une lettre au chef du gouvernement pour le chef de l’État, demandant que Mama Fouda soit relevĂ© de ses fonctions », a dĂ©clarĂ© Jean Marc Bikoko.


Un mouvement de grève des médecins était annoncé pour ce lundi matin, 15 mai 2017, une deuxième après la grève du 18 avril dernier. Bien que pour l’heure, il n’y ait pas de regroupement en guise de manifestation publique, l’annonce avait  suffi à faire réagir le Minsanté qui a procédé de suite  à l’affectation des personnes considérées comme les leaders de la manifestation, marquant ainsi que le temps des négociations est passé.

 

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut