International › AFP

Syrie: Moscou va entraîner les forces kurdes

Les forces kurdes en Syrie vont recevoir un entraĂ®nement militaire de la Russie en vertu d’un accord conclu entre les deux parties, a indiquĂ© lundi Ă  l’AFP le principal groupe kurde armĂ© dans le pays en guerre.

« C’est le premier accord du genre » entre les forces kurdes syriennes et la Russie, alliĂ©e du rĂ©gime de Bachar al-Assad face Ă  aux rebelles et jihadistes, a prĂ©cisĂ© Redur Xelil, porte-parole des UnitĂ©s de protection du peuple kurde (YPG).

« En vertu de l’accord conclu hier (dimanche) entre nos forces et les forces russes opĂ©rant en Syrie (…), nous allons recevoir un entraĂ®nement sur les tactiques modernes de combat », a-t-il ajoutĂ©.

L’entraĂ®nement dĂ©butera « bientĂ´t dans un camp Ă  Afrine », dans la province d’Alep (nord), a prĂ©cisĂ© M. Xelil.

La Russie n’a pas confirmĂ© cette annonce officiellement, mais a confirmĂ© dans un communiquĂ© une prĂ©sence Ă  Afrine, un des trois cantons kurdes semi-autonomes en Syrie.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), près d’une centaine soldats russes sont entrĂ©s dans la rĂ©gion d’Afrine.

Cette coopĂ©ration « est un pas positif dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a estimĂ© M. Xelil.

Dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), les Kurdes sont traditionnellement appuyés par les Etats-Unis.

Ces derniers ont rĂ©agi Ă  l’annonce kurde en affirmant que les forces kurdes concernĂ©es par l’entraĂ®nement sont diffĂ©rentes de celles qui collaborent avec Washington dans la lutte contre l’EI.


« Les Kurdes qui recevront du soutien des Russes sont les Kurdes d’Afrine et ce ne sont pas des gens avec qui nous avons travaillĂ© avant » a indiquĂ© le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

« Certains (Kurdes) travaillent avec nous Ă  travers les Forces dĂ©mocratiques syriennes (coalition arabo-kurde antijihadistes, FDS) pour combattre l’EI, certains non. Nous soutenons ceux qui travaillent avec nous pour combattre l’EI », a-t-il prĂ©cisĂ©.

D’après le porte-parole, les YPG qui ont collaborĂ© avec les AmĂ©ricains « se trouvent surtout Ă  l’est de l’Euphrate ». Le canton d’Afrine est situĂ© Ă  l’ouest de ce fleuve.

L’annonce de cet accord entre forces kurdes et Russes intervient alors que Moscou s’est pourtant rapprochĂ© de la Turquie, soutien des rebelles et historiquement hostiles aux Kurdes.

Ankara considère les YPG comme l’un de ses pires ennemis et les classe comme « organisation terroriste » Ă  l’instar du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, indĂ©pendantiste kurde turc).

InterrogĂ© sur l’accord lors d’une confĂ©rence de presse, le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus n’a pas rĂ©agi directement, se contenant de rappeler la position d’Ankara.

« Dès le dĂ©part, nous avons dit que nous n’accepterons jamais un Etat de la terreur, et nous avons toujours partagĂ© (cette position) avec les autres parties », a-t-il dit. « Les Russes savent cela aussi bien que les AmĂ©ricains », a-t-il ajoutĂ©.

La guerre en Syrie, qui a commencĂ© après la rĂ©pression sanglante de manifestations prodĂ©mocratie en mars 2011, a fait plus de 320.000 morts. Elle s’est complexifiĂ©e avec la montĂ©e en puissance de groupes jihadistes et l’implication de puissances rĂ©gionales et internationales.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut