› Personnalités

Pour Thomas Nkono, Idriss Carlos Kameni est « peut-être le meilleur gardien camerounais du moment »

Thomas Nkono. ©Droits réservés

Dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique, l’ancien gardien des Lions indomptables parle aussi de ses responsabilités au sein de l’Espanyol de Barcelone.

Ce n’est pas souvent qu’on entend parler Thomas Nkono, 61 ans, surtout depuis qu’il a quitté l’encadrement technique des Lions indomptables. L’ancien capitaine de l’équipe nationale de football du Cameroun. C’est au magazine Jeune Afrique qu’il s’est livré, à travers une interview publiée sur son site ce 28 avril 2017. L’ancien international camerounais n’a pas été interrogé ni sur la victoire des Lions à la Can 2017, ni sur les scandales qui ont suivis l’euphorie de cette victoire inespérée. Mais Thomas Nkono n’envisage pas de travailler de nouveau pour l’équipe du Cameroun. « Cela semble difficile, je suis à l’Espanyol, je suis donc très occupé. Mais pourquoi pas, peut-être au niveau de la formation ? », affirme-t-il.

En revanche, il ne tarit pas d’éloges pour les performances des gardiens de but de camerounais. Thomas Nkono pense par exemple que « Fabrice Ondoa (Atletico Séville, Ligue 2) est très doué, je suis d’ailleurs souvent en contact avec lui. Il fait preuve d’une grande maturité. André Onana (Ajax Amsterdam) est très bon également. Il y a aussi Carlos Kameni (Malaga), plus âgé et qui est peut-être le meilleur gardien camerounais du moment », pense Thomas Nkono.

L’interview accordée à Jeune Afrique a aussi donné l’occasion à Thomas Nkono, de parler de sa carrière comme membre du staff technique de l’Espanyol de Barcelone. Cela fait 14 ans qu’il forme les gardiens de but du club au sein duquel il a évolué de 1982 à 1991. Il peut se targuer d’être le seul Noir, Africain ou on, à avoir réalisé cet exploit. « En Espagne, je suis le seul. Ce qui ne me surprend pas vraiment. Il y a des réseaux, et ce n’est pas toujours facile pour un étranger, Africain ou non, d’intégrer un club professionnel et d’y exercer des responsabilités. Moi, j’ai la chance de travailler dans un club où l’on me fait confiance. J’ai un vécu au niveau international, dont je fais profiter des gardiens. J’ai participé à la formation de gardiens qui évoluent aujourd’hui en Ligue 1 ou en Ligue 2 en Espagne », affirme Thomas Nkono.

 

 


 

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut