Société › Société

Tourisme, le Cameroun en quête de visibilité!

La célébration de la journée internationale du tourisme offre une occasion de revenir sur les problèmes du tourisme au Cameroun

Des chiffres en deçà des attentes
Le 25 septembre dernier, le Cameroun s’est joint Ă  la communautĂ© internationale pour cĂ©lĂ©brer la journĂ©e internationale du tourisme. L’occasion a Ă©tĂ© donnĂ©e de revenir sur les difficultĂ©s que connait le tourisme Camerounais. Avec Moins de 500.000 touristes par an, le Cameroun ne rĂ©ussit pas depuis des dĂ©cennies Ă  atteindre les objectifs lui permettant de devenir une destination touristique, selon les critères posĂ©s par l’OIT (Organisation Internationale du Tourisme. Les meilleurs chiffres ont Ă©tĂ© atteints en 2007. Le Cameroun a enregistrĂ© environ 477.000 arrivĂ©es de touristes, bien loin des dĂ©cevants 200.000 de l’annĂ©e 2000. Au regard de la situation actuelle, l’objectif de trois millions de touristes par an Ă  l’horizon 2012 s’avère difficilement rĂ©alisable.

Un potentiel touristique riche pour des résultats inadéquats
Au dĂ©but des annĂ©es 2000 pourtant, les actions Ă  mener pour y arriver avaient clairement Ă©tĂ© dĂ©finies. N’ayant pas atteint le chiffre escomptĂ© et requis de 500 000 touriste en 2004, le Cameroun manque l’opportunitĂ© d’accĂ©der au cercle des destinations touristiques conseillĂ©es par l’OIT. La situation devient prĂ©occupante pour les responsables en charge du tourisme. Le potentiel touristique n’est pas en cause, il fait l’unanimitĂ© de la majoritĂ© des acteurs du secteur. ReprĂ©sentant le prĂ©sident Biya empĂŞchĂ© pour cause de dĂ©bat Ă  l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©ral de l’ONU, le ministre Baba Hamadou du tourisme, a rappelĂ© lors du 4è forum prĂ©sidentiel de l’ATA (African Travel Association) vendredi le 25 septembre dernier que « la position gĂ©ographique du Cameroun offre une très large palette d’opportunitĂ©s touristiques Ă  savoir : tourisme de dĂ©couverte- la chasse- le safari- le tourisme en montagne-tourisme balnĂ©aire-la dĂ©couverte des merveilles culturelles et le tourisme d’affaire. » au-delĂ  de ces dĂ©claration, Le tourisme a du mal Ă  se hisser au stade voulu de levier de croissance Ă©conomique au Cameroun.

L’insuffisance effort de promotion mis en cause
Le manque de notoriĂ©tĂ© sur le marchĂ© touristique international de l’Afrique en miniature serait dĂ» Ă  une combinaison de facteurs. En novembre 2007 Ă  Bogota en Colombie, le Cameroun en concurrence avec 108 autres destinations touristiques, remporte le concours des meilleures affiches touristiques, organisĂ©e par l’OMT au cours de sa 17ème assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale. Une victoire qui selon les experts et les professionnels du secteur cache mal l’insuffisance et l’inadĂ©quation des efforts de promotion. D’un autre cotĂ© certains touristes posent le problème des tracasseries policières et les frais de visa jugĂ©s trop Ă©levĂ©s.


Vers une avancée à stimuler
Les experts estiment que les autoritĂ©s camerounaises devraient poser des actions plus structurantes pour redynamiser le secteur. Des propositions de baisse des coĂ»ts des transport aĂ©rien en direction du Cameroun sont formulĂ©es. Les opĂ©rateurs du secteur Ă©mettent aussi le souhait que soit mis sur pied de facilitĂ©s fiscales. L’initiative vise un rĂ©investissement qui pourrait amĂ©liorer la qualitĂ© et le prix des structures d’accueil. L’autre mesure proposĂ©e est que l’Etat place le tourisme au c ur de sa politique globale de dĂ©veloppement. Les initiatives de construction d’infrastructures routières par exemple doivent tenir compte aussi des destinations touristiques locales. Fort de ces constats un dĂ©but de solution est enclenchĂ© par l’idĂ©e de crĂ©ation d’un organisme de promotion du tourisme au Cameroun.

Chutes de la Lobé, près de Kribi

Journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut