International › AFP

Washington lève un petit coin du voile sur sa politique étrangère

Les Ă©missaires du prĂ©sident amĂ©ricain ont passĂ© l’essentiel de la semaine en Europe pour rassurer leurs alliĂ©s, sans pour autant vraiment lever le voile sur les intentions de Donald Trump.

Si le vice-prĂ©sident Mike Pence, le secrĂ©taire d’Etat Rex Tillerson et le chef du Pentagone Jim Mattis se sont efforcĂ©s de dĂ©miner certaines des dĂ©clarations les plus controversĂ©es de leur chef, dossier par dossier, l’incertitude reste grande sur l’orientation de la diplomatie amĂ©ricaine.

– L’Otan –

L’Alliance atlantique Ă©tait au coeur de leur tournĂ©e europĂ©enne, après que M. Trump eut semĂ© malaise et confusion en qualifiant tour Ă  tour l’Otan d' »obsolète » et de « très importante ».

Le message de Mike Pence et Jim Mattis, Ă  la confĂ©rence sur la sĂ©curitĂ© de Munich et Ă  Bruxelles, a Ă©tĂ© double. CĂ´tĂ© pile, l’engagement amĂ©ricain auprès de ses alliĂ©s est « inĂ©branlable », mais cĂ´tĂ© face, l’Europe doit payer plus.

Surtout, Jim Mattis a menacĂ© Ă  Bruxelles de « modĂ©rer l’engagement » amĂ©ricain envers l’Alliance atlantique si les dĂ©penses militaires europĂ©ennes n’augmentaient pas assez.

Si les EuropĂ©ens ne sont pas opposĂ©s sur le principe de passer Ă  la caisse, ils ont aussi soulignĂ© que les dĂ©penses militaires ne devaient pas ĂŞtre le seul facteur, l’aide au dĂ©veloppement ou l’accueil des demandeurs d’asile Ă©tant autant de mesures coĂ»teuses et nĂ©cessaires pour la stabilitĂ© mondiale et la sĂ©curitĂ© transatlantique.

– La Russie et l’Ukraine –

Après la dĂ©mission du conseiller Ă  la sĂ©curitĂ© nationale, Michael Flynn, accusĂ© d’avoir menti sur ses relations avec la Russie, les reprĂ©sentants amĂ©ricains ont tempĂ©rĂ© cette semaine la volontĂ© de rapprochement avec Moscou que M. Trump avait bruyamment annoncĂ©e.

Sur l’Ukraine en particulier, dossier particulièrement important pour les EuropĂ©ens qui craignent un expansionnisme russe, M. Pence a appelĂ© Moscou Ă  respecter les accords de paix de Minsk.

« Sachez que les Etats-Unis continueront de demander des comptes Ă  la Russie, mĂŞme si nous cherchons des terrains d’entente. Comme vous le savez le prĂ©sident Trump pense que (les deux sont) possibles », a dit M. Pence,

Ni lui, ni M. Tillerson avant lui lors d’une rĂ©union du G20 Ă  Bonn n’ont prĂ©cisĂ© quels aspects de la relation russo-amĂ©ricaine M. Trump tient Ă  rebâtir.


A ce titre la ministre allemande de la DĂ©fense Ursula Van der Leyen a appelĂ© les Etats-unis « Ă  ne pas agir de manière bilatĂ©rale en sautant par-dessus la tĂŞte des partenaires »

PrĂ©sent aussi Ă  Munich, le ministre russe des Affaires Ă©trangères SergueĂŻ Lavrov appelait lui les Etats-Unis Ă  une relation « pragmatique » et rĂ©clamait un « nouvel ordre mondial » dĂ©barrassĂ© de la domination occidentale.

– L’UE et le Brexit –

Donald Trump a glacĂ© les Etats membres de l’UE par son discours laudateur du Brexit et en semblant souhaiter un Ă©clatement de l’Union.

Sur ces questions, aucun des responsables amĂ©ricains venus en Europe cette semaine n’a apportĂ© d’Ă©claircissement, Mike Pence restant très vague, avant son dĂ©placement Ă  Bruxelles lundi, en assurant que « les destins des Etats-Unis et de l’Europe sont entremĂŞlĂ©s ».

Ce n’a pas Ă©tĂ© pour satisfaire le ministre français des Affaires Ă©trangères Jean-Marc Ayrault qui sur Twitter regrettait que le vice-prĂ©sident n’ait « pas (dit) un mot sur l’UE ».

– Trump –

C’est peut-ĂŞtre la plus grande inconnue. Quelles que soient les assurances de ses ministres, est-ce que Donald Trump va s’y tenir ou va-t-il les balayer Ă  coup de tweets incendiaires ?

Avec une certaine candeur, le sĂ©nateur rĂ©publicain John McCain a d’ailleurs admis que comprendre M. Trump Ă©tait difficile.

« Je pense que le prĂ©sident fait des dĂ©clarations et parfois se contredit. Alors du coup on a appris Ă  faire attention Ă  ce que le prĂ©sident fait plutĂ´t qu’Ă  ce qu’il dit ».

Le ministre britannique des Affaires Ă©trangères Boris Johnson a lui tenu Ă  voir la situation avec optimisme: « donnez une chance Ă  Donald Trump. Oui, c’est une nouvelle manière de gouverner, mais ne sous-estimez pas la capacitĂ© Ă  obtenir des rĂ©sultats ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut