Société › Faits divers

Cameroun : des agresseurs aux arrêts à Yaoundé

©Droits réservés

Ils dépouillaient les passagers dans un taxi

Six hommes sont gardés à vue à la direction régionale de la Police judiciaire pour le Centre (Yaoundé) depuis le 23 avril dernier. Le gang a été appréhendé après de nombreuses plaintes d’usagers agressés dans un taxi.

Le procédé des malfrats était tout simple. Tous les jours, à 18h, Roméo Sampabot, 34 ans, allait chercher le taxi qu’il exploitait. Il choisissait alors trois de ses complices pour opérer. Les femmes étaient leurs cibles privilégiées. Ils les dépouillaient d’argent, de bijoux, de téléphones, entre autres. Après leur sale besogne, ils abandonnaient leurs victimes au bord du lac municipal de Yaoundé. Lorsqu’il était 22h, Roméo Sampabot allait rendre les clés du taxi et versait la somme de 25.000 francs Cfa à son propriétaire à titre de recette journalière.

Selon leur première exploitation, chaque soir, les malfrats récoltaient un butin compris entre 90.000 et 150.000 francs Cfa, en dehors des objets de valeur qu’ils arrachaient à leurs victimes. Ceux-ci prenaient la peine, à chaque fois, de changer la plaque d’immatriculation du véhicule.


Roméo Sampabot, présenté comme le chef de gang, a déjà été accusé pour des faits similaires en 2015. A l’époque, il avait été déféré au parquet, puis libéré sans que personne ne puisse expliquer les raisons de sa libération. Lors de son interrogatoire, celui-ci a révélé avoir de « bonnes relations avec certains magistrats du tribunal de première instance de Yaoundé », relaie le quotidien Le Jour de ce 03 mai.

Ses cinq complices de Roméo Sampabot sont les nommés Daniel Nkpwang (30 ans), Jean-Jacques Enkogolo (41 ans), Etienne Atangana (37 ans) et Martin Enyegue (31 ans).

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut