Un an après la catastrophe du 21 octobre 2016, Eséka retrouve son train-train quotidien

Eséka, le 18 octobre 2017. Des épaves des wagons du train de la mort à la gare d'Eséka. ©Journalducameroun.com

Un an après la catastrophe du 21 octobre 2016, Eséka retrouve son train-train quotidien

A la veille de la commĂ©moration du drame du dĂ©raillement d’il y a un an, journalducameroun.com est allĂ© prendre le pouls de cette ville du dĂ©partement du Nyong-et-KellĂ©. MĂŞme si les activitĂ©s s’y dĂ©roulent normalement, le spectre de la douleur continue de planer. Les traumatismes sont encore prĂ©sents et, dans…

L’Ă©dito

DÉBAT & OPINIONS

Le comité de normalisation peut-il remettre de l’ordre dans le football camerounais?

  • Robert Tobokbe

    Etudiant
    Non

    Le problème du football camerounais réside dans sa non-structuration. Le comité de normalisation n'est que le symptôme d'une lutte interne dans laquelle les ambitions personnelles ont pris le pas sur le football. Résultat des courses, quelle que soit la pertinence et le degré d'implication du Comité Happi, l'ordre ne régnera pas au sein du football camerounais. Il est ailleurs le problème. Il est dans l'absence de pépinières comme on le voit ailleurs.

  • Alain Dimaga

    Footballeur
    Oui

    Honnêtement, je pense que le nouveau comité de normalisation pourra mettre de l’ordre au sein de la Fécafoot. Seulement, il faudrait qu’on évite les « vieux démons », c’est-à-dire ceux qui se présentent souvent comme des sauveurs or, ce sont eux-mêmes les vrais désordonnés. J’entends dire que certains des anciens Lions indomptables feront partie dudit comité. Il serait impératif d’écarter ce genre de personnes, qui ne viendront qu’ajouter le désordre.

Tendance Nappy: le naturel reprend ses droits
L’Ă©dito
Bon plan
Publié le 18.10.2017

Le lac Barombi koto près de Kumba

Le lac Barombi koto, situĂ© Ă  quelques kilomètres de la ville de Kumba, forme une ceinture autour du village qui porte le mĂŞme nom. Cet…

Lire la suite
Recevez toute l’actualitĂ©

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité