› Eco et Business

10 juillet, nouvelle date pour l’identification des abonnés du téléphone

Le ministère s’est refusé à parler de renvoi du délai, préférant utiliser le concept de délai de grâce

Délai fixé au 10 juillet
Selon un communiqué rendu public ce mardi 30 mars 2010, le ministère des Postes et Télécommunications rappelle aux abonnées de téléphone que la période d’identification volontaire est arrivée à terme depuis le 28 février dernier. Le ministre invite par conséquent les opérateurs de téléphonie mobile à mettre en place dès le 5 avril 2010, pour l’ensemble des abonnés non identifiés, un processus de notification par groupe d’abonnés pour se conformer à la réglementation. Le 10 juillet 2010 précise le communiqué, tous les abonnés non identifiés seront automatiquement désactivés en raison de l’impérativité de la lutte contre la cybercriminalité au Cameroun. Cet ultime renvoi est le troisième depuis la prise de décision du lancement du processus d’identification. Une prolongation du délais que beaucoup d’observateurs avaient déjà envisagé.

Opération complexe pour les parties
Initialement prévu pour trois mois, les autorités avaient dû renvoyer une première fois les délais d’identification en raison des difficultés liées à l’impréparation du processus. Depuis l’arrivée du deuxième terme de l’opération le 28 février dernier, plusieurs abonnés affirment avoir reçu des messages d’avertissement qui faisaient état de sanctions imminentes. Pour de nombreux observateurs la prolongation était inévitable. Seulement 15% des abonnées de téléphone ont pu se faire identifier.

Difficile dans ces conditions de mettre en application les sanctions. Les principaux opérateurs Orange et MTN Cameroun qui revendiquent 4 millions d’abonnés chacun y auraient laissé un gros manque à gagner, avec des conséquences sur les recettes de Camtel et de l’agence de régulation des Télécommunication. Selon les analystes, les précédentes campagnes d’identification sont revenues à la seule charge des opérateurs qui ne sont plus prêts à faire de grosses dépenses supplémentaires. Au rythme normal des identifications, l’opération ne sera pas bouclée d’ici juillet 2010.

Revoir le système d’identification
Chez certains opérateurs, il faut s’aligner pour se faire identifier, et chez d’autres, il suffit de déposer un dossier avec tous les éléments demandés et le tour est joué. Dans les campagnes, l’identification se fait au porte à porte, car les plus âgés ne peuvent souvent pas aller se tenir pendant de longues périodes debout pour effectuer leur identification. Celle des abonnés du téléphone portable avait été décidée par le gouvernement camerounais au motif que des personnes utilisaient ce moyen de communication pour poser certains actes incivils et immoraux. Une explication que les observateurs acceptent tout en relevant le laxisme du gouvernement camerounais qui a favorisé la vente à la sauvette des puces. Dans la majorité des pays du monde, l’utilisation du téléphone surtout mobile se fait après avoir été au préalable identifié. Le système est visiblement à revoir à la base. Quelles solutions faudrait-il donc appliquer pour l’améliorer et permettre une identification fiable des abonnés de téléphonie mobile? Difficile question à laquelle les opérateurs devront trouver solution. En attendant la date butoir du 10 juillet tombe un samedi. Logiquement un jour non ouvrable.

Le ministère de Postes et Télécommunications
journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé